L’ex-entraîneur de l’OM Michel est toujours en plein litige avec le club marseillais, qui l’a mis à pied à titre conservatoire en avril dernier. Dans united nations entretien à la radio espagnole Onda Cero, le coach, aujourd’hui sans club, a expliqué que la direction de l’OM tentait componen tous l’ensemble des moyens de le licencier pour faute grave, pour ne pas lui verser d’indemnités de licenciement. «Ils ont ouvert une enquête pour mauvais comportement avec 10 points. Sur l’ensemble des 10 points, l’un d’eux était componen exemple que j’avais donné united nations jour de vacances en trop aux joueurs. United nations autre était que je ne mettais pas la tenue du club lors plusieurs conférences de presse. Je sais que j’avais united nations contrat béton, vehicle en France l’ensemble des contrats plusieurs entraîneurs sont d’au moins deux ans et l’ensemble des deux ans doivent être payés. Ils essayent de faire traîner l’ensemble des choses parce que le club est en vente et ils espèrent que celui qui viendra réglera le conflit», a expliqué Michel.«Un homme habitué aux situations louches»L’Espagnol en a profité pour régler ses comptes avec l’ex-président de l’OM, Vincent Labrune. «C’est united nations grand club, avec de grands supporters et united nations stade merveilleux. C’est united nations club qui me rappelle united nations peu Valence. La pire chose qui me soit arrivée là-bas, c’est d’avoir united nations président qui aujourd’hui d’ailleurs n’est plus là. Au final, je crois que le problème de ce club, c’était ce président, qui était vraiment exaspérant». Interrogé sur le fait que Passi l’ait remplacé alors qu’il n’avait toujours pas été viré officiellement, Michel a révélé que boy contrat «n’était en réalité pas enregistré en tant que tel». Avant d’ajouter : «C’est united nations club avec beaucoup de problèmes, notamment à cause de l’ancien président qui était united nations homme habitué à se retrouver dans plusieurs situations louches».
Componen ailleurs, l’ex-joueur du Real Madrid a assuré que le fait de ne pas avoir été nommé sélectionneur de l’Espagne, alors que boy nom circulait parmi l’ensemble des favoris, n’avait «pas été une déception». Michel a indiqué avoir eu plusieurs contacts, cet été, avec quatre équipes de Liga et deux sélections nationales, sans que cela n’aboutisse.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *