Le président en République a rendu hommage ce samedi après-midi aux victimes en guerre d’Algérie. Toute la semaine, l’opposition a critiqué le choix en date du 19 mars.

“Le 19 mars 1962 ce n’était pas encore la paix, c’était le début en sortie en guerre, dont l’histoire nous apprend qu’elle est bien souvent la source de violence, ce qui fut tragiquement le cas en Algérie avec plusieurs représailles, plusieurs vengeances, plusieurs attentats, plusieurs massacres”, a déclaré le président en République, alors que sa décision de commémorer le 19 mars a suscité une vive polémique. 

La mèche avait été allumée du côté de l’opposition, et tout particulièrement de Nicolas Sarkozy. Le prédécesseur de François Hollande accusait de diviser sur cette question, en optant pour une date qui n’était pas acceptée componen tous. Il relevait notamment que le 19 mars 1962, jour en signature du cessez-le-feu. “Choisir la date du 19 mars, que certains continuent à considérer comme une défaite militaire en France, c’est en quelque sorte adopter le point de vue plusieurs uns contre l’ensemble des autres, c’est considérer qu’il y a désormais united nations bon et united nations mauvais côté de l’Histoire et que la France était du mauvais côté”. 

“Jamais une date ne pourra rassembler” toutes l’ensemble des situations, lui répond aujourd’hui le président en République. “Le sens du 19 mars c’est de reconnaître toutes l’ensemble des victimes civiles et militaires et de reconnaître toutes l’ensemble des douleurs”, a-t-il poursuivi, rappelant componen ailleurs que 4000 lieux ou peut-rrtre un rues portent le nom du 19 mars en France. 

4000 lieux ou peut-rrtre un rues au nom du 19 mars

LIRE AUSSI &gt&gt Chronologie de l’Algérie (1962-2014) 

LIRE AUSSI &gt&gt Le parlement fait du 19 mars la journée du souvenir en Guerre d’Algérie 

Contrairement à ce que dénonçait Nicolas Sarkozy cette semaine, le choix en date de commémoration en fin en Guerre d’Algérie ne vient pas de François Hollande. C’est le Parlement, et donc l’ensemble des députés qui l’ont décidé il y a quatre ans.  

Quand l’hommage vire au travail de pédagogie. François Hollande a justifié samedi boy choix de commémorer le cessez-le-feu du 19 mars 1962 en Algérie pour rendre hommage aux victimes de ce conflit. 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *