Giambattista Valli a choisi, lui, une hyperféminité nourrie de sa culture romaine, celle que le grand cinéma italien a immortalisée. Boy style est sans doute davantage influencé componen cette culture que componen boy sexe. Ses minirobes et minijupes corolles à délicats motifs de bouquets, ses mousselines imprimées soulignées de noir et ses effets lingerie apparente, font que sa mode n’est jamais vulgaire. En revanche, elle semble faire passer l’esthétique avant le confort et évoque une féminité traditionnelle et élitiste – il faut une vie particulière pour se glisser dans ces tenues. Componen l’ensemble des temps qui courent, on peut trouver cette position assez désuète mais ce qui compte au fond, c’est d’avoir le choix de s’habiller comme on le souhaite. Là est le vrai combat.

La Britannique Stella McCartney est réputée auprès plusieurs clientes pour ses propositions féminines et faciles à vivre. Pourtant, sa collection d’été ne semble pas aller dans cette direction. L’ensemble des chemises de popeline corsetées sont glissées dans de grands pantalons à taille corolle, l’ensemble des jeans sont extra-amples et bleu gitan, l’ensemble des néosarouels sont affublés de poches baquet sur l’ensemble des hanches. Sur l’ensemble des tee-shirts à messages près du corps (« No leather », « Thanks girls »), l’ensemble des demi-manteaux en grosse toile rayée contredisent une tentation sportswear étrange. Cette ligne toute en souplesse est visiblement conçue pour le confort, dommage qu’elle s’éloigne cette saison de l’esprit awesome et sexy qui a fait le succès en marque à ses débuts.

L’ensemble des modèles présentés lors en Fashion Week de Paris, qui se termine mercredi 5 octobre, défendent une vision moderne et bienveillante en condition féminine.

Grandes jupes aux plissés asymétriques flatteurs, sweat-shirts et parkas retravaillés en version tailleur, maxi-blousons sans manches en fausse fourrure et origami de mousseline, camouflage transformé en texture dévorée, prince-de galles se muant en dentelle : l’ensemble des trouvailles sont plus raffinées que jamais, la primary sûre et légère. Ici s’épanouit une féminité originale et gracieuse, celle d’une femme aux goûts et à la personnalité multifacette, libre d’exprimer tout cela en même temps à travers ses vêtements. Et comme pour ajouter à cette belle énergie, la créatrice s’est adjoint deux grands talents pour développer ses accessoires : l’Anglaise Katie Hillier et le Français Pierre Sturdy cosignent respectivement l’ensemble des sacs et l’ensemble des souliers de cette griffe en plein essor.

L’époque a changé depuis l’ensemble des premiers pulls et silhouettes en maille souple mais c’est avec plaisir et respect que la nouvelle créatrice gère ce patrimoine. En hommage à la fondatrice, s’alignent d’abord de jolies filles en pulls dont l’ensemble des lettres épellent « Rykiel Forever ». On retrouve la même joie de vivre dans la collection. Composée de grands pantalons droits, de blouses ceinturées qui découvrent l’ensemble des épaules, de minirobes en crépon de coton plissé et fluide, de longs jupons aux imprimés frais et toniques portés avec plusieurs sandales à plate-forme en velours, la collection défend la liberté de s’amuser. Il y a comme united nations sautillement dans l’ensemble des pas de ces filles charmeuses qui ont l’assurance d’un sexe qui ne se considère pas comme faible.

Comme united nations fil rouge, le goût en souplesse et de l’ampleur légère se retrouve chez Véronique Branquinho, mais dans united nations esprit plus romantique et sensible. Entre western victorien et conte plusieurs Flandres, ses modèles passent en grandes robes trapèze floues, sur lesquelles se rencontrent, délicats cotons et dentelles beurre frais, motifs de fleurs façon théière ancienne et mousselines noires. Ses blousons en soie, grands sweat-shirts volantés à capuche et tailleurs droits sans manches ancrent boy histoire dans la modernité. Et puis la dualité qui se devine, la pressure qui affleure sous la fragilité est assez propre à l’identité féminine.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *