“Le 19 mars ce n’est tout simplement pas la paix, c’est la sortie en crise” @fhollande#19mars

“Alimenter la guerre plusieurs mémoires c’est rester prisonnier du passé, faire la paix plusieurs mémoires c’est regarder vers l’avenir” #19mars

Ce samedi matin, entre 150 et 200 harkis se sont réunis devant le mémorial du camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), pour dénoncer leur «abandon» componen la France et «l’insulte» de François Hollande en ce 19 mars. A Rivesaltes, l’ensemble des manifestants, dont certains venus d’autres départements, comme le Nord ou peut-rrtre un l’Ariège, ont déposé une gerbe sur le mémorial du camp, où plus de 20 000 harkis avaient été enfermés dans plusieurs conditions insalubres, au sortir en guerre d’Algérie. Au total, 150 personnes y avaient trouvé la mort.

Après la polémique, le discours de François Hollande au Quai Branly était attendue… Ce samedi après-midi, François Hollande commémorait le cessez-le-feu du 19 mars 1962, qui marque, sur le papier, la fin de huit ans de guerre en Algérie.

Il a aussi fait référence aux victimes, aux harkis et à leurs descendants. Et insistant sur la nécessité du travail de mémoire.

«L’abandon plusieurs harkis»

«Le 19 mars, c’est la date de l’arrêt plusieurs combats, quand tout le monde a été abandonné sur place, l’ensemble des militaires prisonniers, l’ensemble des harkis et l’ensemble des pieds-noirs», s’est indigné à Nice Jacques Larmande, membre du collectif de rapatriés «Non au 19 mars 1962».  «Commémorer cette date, c’est une provocation incroyable. Est-ce qu’on fête l’armistice de juin 1940?», a-t-il ajouté, aux côtés de quelques manifestants sous la statue du général de Gaulle, «seul responsable» selon eux de l’abandon de l’Algérie.

“Ces mémoires demeurent encore vives. Derrière chacune d’entre elles, il y a plusieurs survivants, il y a plusieurs descendants.” @fhollande#19mars

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *