“Ils se disent qu’en contournant le Parlement pour mettre en cause le modèle social, ils pourraient contourner le peuple, mais ils vont le retrouver dans la rue”, a-t-il averti.

François Hollande en revanche, n’est tout simplement pas enthousiaste à l’idée d’un recours massif aux ordonnances, prôné componen plusieurs candidats à la primaire en droite dont Alain Juppé.

Quant au droit de pétition “que nous devons reconnaître”, il pourrait se traduire selon lui componen l’obligation pour le Parlement “d’organiser united nations débat dès lors que 500 000 signatures auraient été recueillies sur une proposition”. 

Concrètement, il s’agirait d’une nouvelle “procédure expresse” accordant 70 jours au Parlement pour examiner united nations projet de loi, et une seule lecture componen chambre pour l’ensemble des textes en urgence.

Sur le premier point, a reconnu François Hollande, la procédure prévue componen la réforme constitutionnelle de 2008 est aujourd’hui de fait “verrouillée”. “Aujourd’hui il faut 4,5 millions de citoyens, et avec une initiative qui appartient aux parlementaires”, a-t-il ainsi observé. 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *