La une de &ltem&gtNépszava&lt/em&gt, le 3 octobre 2016. La une de Népszava, le 3 octobre 2016.

Viktor Orbán, le Premier ministre hongrois, rêvait d’un rejet massif du plan de l’Union européenne sur l’accueil plusieurs réfugiés lors du référendum du 2 octobre. Avec 98,3 % de “non” obtenus, il l’a eu.

Mais il lui aurait fallu 50 % de participation, soit 6 % de voix supplémentaires, pour pouvoir transmettre le message à Bruxelles. D’où “l’échec à 15 milliards” (de forints, soit 48 millions d’euros) pointé componen le journal de gauche Népszava en référence au coût en campagne engagée componen le gouvernement.

Malgré l’ensemble des 800 000 voix manquantes, Viktor Orbán s’est félicité de “ce résultat merveilleux”. Réplique cinglante du quotidien : “Le chef du gouvernement a tenu le cap qu’il avait pris il y a six ans, ce qui l’a mené à united nations fiasco sans précédent lors d’une consultation populaire.” En guise de conclusion, le leader magyar a évoqué “un changement constitutionnel pour refléter la volonté du peuple”. “Manière d’occulter l’ampleur du revers qu’il vient de subir”, commente Népszava dans boy édition du 3 octobre.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *