Afin d’ajuster boy costume de présidentiable, Jean Lassalle, qui refuse l’étiquette de “candidat fantoche”, a énoncé quelques mesures, qu’il souhaiterait mettre en place s’il était élu. Avec de grandes lignes plutôt classiques, telles que mettre l’accent sur la défense plusieurs communes, lancer united nations plan d’apprentissage de l’écriture aux écoliers, united nations service civique obligatoire et united nations permis de conduire gratuit ou peut-rrtre un plus généralement “reconstruire united nations Etat”.  

Sa défection se traduit aussi componen le lancement d’un nouveau mouvement politique, comme l’indiquait Sud-Ouest, la semaine passée.  

Jean Lassalle, qui n’a pas pour autant quitté boy poste de député plusieurs Pyrénées-Atlantiques, mais siégera dorénavant sans étiquette, a annoncé au Figaro qu’il était proche de rassembler l’ensemble des 500 signatures de maires, nécessaires à la validation de sa candidature au scrutin présidentiel.  

Il était le député qui résistait encore et toujours, dans le bastion du MoDem. Jean Lassalle, componen ailleurs candidat à l’élection présidentielle de 2017, a, selon Le Parisien, annoncé qu’il renonçait totalement à boy adhésion au parti de François Bayrou. Parti, dont il était vice-président jusqu’en mars et duquel il avait déjà préféré se mettre en retrait lors de l’annonce de sa candidature, sans passer componen la situation primaire à droite.  

Mais aussi plusieurs idées pour le moins étonnantes. “Il faut obliger l’apprentissage plusieurs arts martiaux à l’école. Il y a la peur partout, ça pousse certains à se balader avec united nations couteau. Alors qu’avec l’ensemble des arts martiaux, on développe le contrôle de soi et la défense pacifique”, a notamment détaillé Jean Lassalle, auprès d’un journaliste du Figaro. Le député, qui estime être “le seul politique à signer plusieurs autographes à Orly” et déplore le manque de médiatisation que suscite sa candidature, aurait aussi entamé une tournée à l’étranger. 

Il devrait dévoiler le nom de boy parti et réunir ses soutiens, à Lyon, du 6 au 9 octobre prochain, croit savoir le quotidien. “L’ensemble des Français détestent l’ensemble des politiciens, ils détestent beaucoup plus l’ensemble des partis, mais la loi m’oblige à en avoir united nations pour concourir à l’élection présidentielle”, se justifie dans l’ensemble des pages du Figaro le député, connu pour sa grève en faim en 2006 en protestation contre la délocalisation d’une usine dans sa commune, et pour sa marche de 5000 km, menée en 2013 dans l’Hexagone, à la rencontre de milliers de Français.  

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *