L’ancien gendarme n’exclut pas une volonté de tromper l’ensemble des enquêteurs pour leur laisser croire que le ou peut-rrtre un l’ensemble des criminels circulaient sur l’autoroute en direction du Sud alors qu’ils ont pu tout aussi bien venir du champion voisin.

Portrait-robot

Lundi 24 septembre 2012. Alors que l’ensemble des enquêteurs disposent désormais de l’ADN plusieurs proches en petite inconnue, le parquet de Blois, componen la voix de Dominique Puechmaille, lance united nations nouvel appel à témoins largement relayé componen l’ensemble des médias.

L’enquêteur en section de recherches a vérifié toutes ces pistes, dont celle d’une institutrice qui pensait que la victime était une de ses élèves. Et l’ensemble des a refermées l’ensemble des unes après l’ensemble des autres. Après la réouverture du dossier en 2007, la couverture conservée au palais de justice de Blois a été confiée à united nations laboratoire de Nantes.

L’ensemble des deux gendarmes retraités sont persuadés que la clé de l’énigme se trouve justement là-bas.

Il n’y a pas très longtemps, je rangeais plusieurs documents dans mon bureau et maintenant, je suis tombé sur l’affiche de l’appel à témoins. Tout m’est revenu à la mémoire. Cette affaire ne me quittera jamais.

C’est dans la soirée que Patrick est prévenu en macabre découverte. « Un photographe en BR a été envoyé au funérarium en Vienne, c’est là que le médecin légiste a examiné le corps en victime. »

Ces nouvelles expertises ont permis de découvrir l’ensemble des empreintes ADN de membres en fratrie en jeune victime, à commencer componen ses parents. 

Mercredi 9 septembre 1987. Le maire et l’ensemble des habitants de Suèvres suivent le cercueil en petite martyre qui peut ¨ºtre enterrée dans le cimetière communal. Sa tombe est depuis régulièrement entretenue et fleurie.

Témoin numéro 1

Mardi 11 août 1987. En milieu d’après-midi, près de Suèvres, deux employés de Cofiroute découvrent, au bord de l’autoroute A Ten, le corps atrocement mutilé d’une enfant âgée entre 3 et 5 ans. La mort remonte à quelques heures.

Janvier 2007. La procureure en République de Blois Joëlle Rieutort ouvre une nouvelle information judiciaire pour repousser la prescription. Cette procédure permet d’ordonner de nouvelles analyses plusieurs vêtements et en couverture qui enveloppait la fillette.

J’ai interrogé tous l’ensemble des pays qui, à l’époque, coopéraient à la recherche de l’ADN. On est certain que cette enfant est d’origine maghrébine. Tous l’ensemble des retours ont été négatifs, mais tous l’ensemble des pays n’ont pas répondu à nos demandes, en particulier de l’autre côté en Méditerranée.

Mars 1993. Jacques Pradel consacre le premier numéro de boy émission « Témoin numéro 1 » à l’affaire en petite inconnue de l’A 10. De nombreux appels vont permettre de relancer l’enquête judiciaire.

Dates-clés

Aujourd’hui à la retraite, Patrick et Michel, deux anciens gendarmes, ont consacré beaucoup de temps à cette affaire. Le premier était en poste à la brigade de recherches de Blois durant cet été 1987. « Ce jour-là, en début d’après-midi, je rentrais d’Orléans componen l’autoroute, maintenant, je suis passé près de l’endroit où le corps a été déposé, je n’ai rien remarqué d’anormal. »

La fillette a succombé à une effroyable série de coups, de morsures et de brûlures. Une photo de boy visage tuméfié est diffusée dans l’ensemble des journaux. Malgré plusieurs investigations menées tous azimuts, il n’a toujours pas été possible de retrouver l’identité en petite inconnue de l’A 10. Boy corps repose depuis dans le cimetière de Suèvres où sa tombe est régulièrement fleurie.

Le major veterans administration se consacrer totalement à cette affaire jusqu’à sa retraite en s’attelant notamment à une tâche titanesque : la vérification de l’état civil de fillettes nées entre 1981 et 1985 dans la région, période de naissance supposée en petite martyre. « Cela représente plus de 20.000 fiches. Une conclusion s’impose, si cette enfant est née dans notre région, elle n’a jamais été déclarée officiellement. »

Patrick a pris sa retraite en 2003 après avoir passé près de 30 ans à la BR de Blois. 

D’importants moyens sont déployés. Le groupe d’enquête est basé à la brigade de Marchenoir. United nations portrait-robot est diffusé dans toute la France, mais l’ensemble des recherches auprès plusieurs écoles, plusieurs services sociaux, et plusieurs hôpitaux ne donnent rien. « On s’est toujours demandé pourquoi le corps avait été abandonné là, de façon à être retrouvé, alors qu’il y avait united nations petit bois à proximité. »

Trente ans après, le mystère en petite martyre de l’A 10 reste entier. Ce mardi 11 août 1987, alors que la France est plongée dans la torpeur estivale, deux employés de l’autoroute découvrent le corps d’une enfant enveloppé dans une couverture, à hauteur de Suèvres. Le cadavre a été abandonné sur united nations talus derrière la glissière de sécurité.

Le gendarme a repris tout le dossier initial, y compris la deuxième partie de l’enquête effectuée à partir de 1993 par l’ensemble des policiers du SRPJ d’Orléans et plusieurs appels suscités componen l’émission Témoin numéro 1 sur TF1.

Boy collègue Michel a, quant à lui, effectué united nations travail de bénédictin. Il était en poste à la section de recherches d’Orléans lorsque le parquet de Blois a relancé l’enquête en janvier 2007.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *