Nouvelles

Ils gaspillent leurs métiers

Ils gaspillent leurs métiers

Emploi

Ils ne perdent leurs emplois

Une campagne d'affichage a été lancée pour faire connaître les métiers de la sorte.

Une campagne d’affichage a été lancée pour faire connaître les métiers de la sorte.

CHAUVEAU ALAIN

le Mettre dans la lumière des métiers méconnus et rendre hommage aux agents qui travaillent le plus souvent dans l’ombre : c’est l’objectif de l’étude produite par le centre de gestion du ministère de la fonction publique territoriale.
Laëtitia Berger et Clément Grignoux, en charge de la prévention, de la santé et de la sécurité au travail du centre de gestion, sont parmi les autres acteurs dans une importante enquête. Leur mission, effectuée pendant plus de dix mois, a commencé par un questionnaire envoyé à tous les agents des Vallées du Clain, le Smr et de la communauté de communes du pays loudunais. Au sein de ces structures, les employés sont en train de changer pour le bien de la société, dans les relations avec les déchets, le plus souvent dans l’ombre. Un travail pas toujours reconnu à sa juste valeur.
Cette enquête, qui porte sur les problèmes de santé mentale en milieu de travail, mais aussi des troubles psychosociaux, a reçu 52 % de réponses ; un taux qui nous a permis de faire un inventaire objectif. “Nous avons demandé aux agents de présenter leur mission dans le cadre de la collecte et de recyclage des déchets ménagers, spécifiez Laëtitia et Clément. dans Cette enquête nous a permis d’identifier des questions sur la qualité de vie au travail. Ces métiers sont inconnues et n’ont pas une image très valorisante. [?] En revanche, les agents sont exposés à des risques psychosociaux et physiques importantes (dureté, de manutention, de vibrations, de bruit?) et sont soumis à des postures contraignantes.
Cinq tonnes de déchets quotidiens, Trois jours de travail ont été organisées avec les dirigeants bénévoles : un ripeur qui gère en moyenne 5 tonnes de déchets par jour, un conducteur qui roule à plus d’un millier de miles par semaine, et d’un agent de la voirie, qui doit guider chaque jour quelque deux cents utilisateurs. Il doit être ajouté à ce groupe de travail, les responsables de communication des institutions et des conseillers de prévention, ou une douzaine de personnes.
lors de ces réunions, les agents ont fait le bilan de leur mission, en s’efforçant de faire ressortir les points négatifs rencontrés sur une base quotidienne. À la fin de cette enquête, ils ont choisi de lancer une campagne d’affichage pour faire la publicité de leurs entreprises, mais aussi d’obtenir les conseils de ville qui, à travers leurs bulletins municipaux, sont les meilleurs relais pour sensibiliser un maximum de personnes sur le rôle de ces ” héros de tous les jours? “

Post Comment