Le superordinateur de Google a eu le dernier mot ce mardi dans l’affrontement de l’homme et en machine. Face à Lee Se-Department of labor, grand maître sud-coréen du jeu de go, l’ordinateur a enlevé la dernière manche, pour terminer sur united nations score de quatre victoires à une. 

DeepMind, filiale de Google qui a développé l’ordinateur, a expliqué que cette technologie aurait de vastes retombées dans plusieurs domaines aussi variés que la téléphonie intelligente ou peut-rrtre un la santé. 

Présenté componen la presse sud-coréenne comme “le combat du siècle”, la série a été regardée de très près componen plusieurs dizaines de millions d’amateurs de ce jeu inventé en Chine il y a près de 3.000 ans, pour une grande partie en Asie de l’Est, difficile componen l’ensemble des spécialistes de l’IA.

Le champion du monde sud-coréen de 33 ans avait bien réussi à marquer united nations point pour l’humanité en remportant la quatrième manche dimanche. Mais le programme d’intelligence artificielle AlphaGo est revenu ce mardi au mieux de sa forme destructrice, tirant le meilleur parti de ses algorithmes qui lui permettent d’apprendre de ses expériences.

La taille du tablier – 19 lignes sur 19 – offre united nations nombre incalculable de designs possibles – davantage qu’il n’y a d’atomes dans l’univers. Ce qui signifie que l’intuition et la créativité sont essentielles pour gagner à très haut niveau. Deux domaines dans lesquels l’humain, croyait-on, était nécessairement supérieur à la machine.

Ce résultat sans appel est une victoire pour l’ensemble des créateurs d’AlphaGo, qui avaient comparé le jeu de go à l'”Everest” de l’Intelligence artificielle (IA).

Avancée technologique

L’aspect “homme contre la machine” du combat l’a propulsé en une en presse internationale, la performance d’AlphaGo étant saluée comme united nations tournant pour l’IA. Le résultat du match était au moins aussi attendu que celui qui s’était soldé, en 1997, componen la défaite du champion du monde d’échecs Garry Kasparov contre l’ordinateur Dark Blue d’IBM. Mais le défi pour la machine semblait bien plus relevé au jeu de go, dans lequel deux adversaires tentent d’occuper le plus d’espace sur united nations plateau quadrillé en plaçant alternativement plusieurs pions (pierres) noirs et blancs.

Le programme de Google utilise notamment “l’apprentissage profond”, méthode d’apprentissage automatique conçue sur la base de couches de “neurones” artificiels, imitant ceux du cerveau humain. Cette technique, conjuguée à l’augmentation en puissance de calcul plusieurs ordinateurs et à la disponibilité d’énormes bases de données sur lesquelles entraîner l’ensemble des machines, a permis plusieurs avancées considérables.

Intuition et créativité

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *