La BCE a sorti boy bazooka monétaire ! Après la légère déception provoquée componen ses annonces en décembre dernier une simple baisse du taux de dépôt et plusieurs changements cosmétiques à boy programme de rachats d’actifs, la Banque centrale européenne avait donné rendez-vous aux marchés en mars. Mario Draghi, le président de l’institution de Francfort, avait effectivement promis de procéder à united nations examen complet de l’orientation de sa politique monétaire , et en recalibrer si l’ensemble des conditions économiques l’exigeaient.

&gt BCE : le bilan mitigé d’un an d’interventions massives
&gt INTERVIEW : Frederik Ducrozet : « La BCE s’est imposée plusieurs conditions qui nuisent à l’efficacité de boy action »
&gt Le combat contre la déflation se poursuit
&gt Crédit : united nations rattrapage pour l’Europe du Sud

De nouveaux programmes de refinancement lengthy terme (TLTRO) seront proposés aux banques, pour une durée de 4 ans au taux de reifnancement, soit %. Si le volume plusieurs prêts d’une banque est supérieure à united nations certain niveau, celle-ci pourra bénéficier de taux négatifs, jusqu’à -,40 %. L’ensemble des banques toucheront ainsi de l’argent en BCE pour prêter  !

La Banque centrale européenne (BCE) a abaissé jeudi ses prévisions d’inflation et de croissance pour la zone euro pour 2016 et 2017, prenant acte notamment en faiblesse du cours du pétrole.
L’institution monétaire de Francfort a notamment drastiquement abaissé sa prévision d’inflation pour cette année, de 1% à ,1%, selon l’ensemble des chiffres communiqués componen boy président Mario Draghi. La BCE table sur une inflation de 1,3% en 2017 -contre 1,6% auparavant- et 1,6% en 2018. La croissance du Produit intérieur brut (PIB) devrait être inférieure à ce qu’escomptait jusqu’ici la BCE: 1,4% en 2016, 1,7% en 2017 et 1,8% en 2018.

« Ces taux bas, très bas devraient rester en place très longtemps, au delà en fin du programme de rachat d’actifs (qui devrait durer jusqu’à mars 2017, NDLR). Ils ne devraient a priori baisser davantage », a déclaré Mario Draghi lors en conférence de presse qui a suivi l’annonce plusieurs mesures.

Révolution pour le programme de rachats d’actifs

Du coté du quantitative easing (QE), le programme de rachat d’obligations en BCE, l’ampleur plusieurs mesures est tout aussi impressionnante. Boy enveloppe mensuelle passe de 60 à 80 milliards d’euros componen mois. Surtout, la banque centrale veterans administration intervenir directement sur le marché du crédit aux entreprises, à compter d’avril, en rendant éligibles l’ensemble des obligations émises componen plusieurs sociétés de bonne qualité (catégorie « investissement ») à boy programme. Une véritable révolution.

Componen ailleurs, la BCE passe désormais la limite de rachat d’une même souche d’obligations de 33% du nombre de titres émis à 50%, mais seulement pour l’ensemble des titres émis componen l’ensemble des organisations internationales et l’ensemble des banques de développement supra-gouvernementales.

United nations soutien de taille à la distribution de crédit

La promesse a été plus que tenue : si la baisse du taux de dépôt était attendue, la banque centrale européenne a annoncé plusieurs mesures exceptionnellement fortes, qui ont même pris componen surprise l’ensemble des spécialistes en politique monétaire.

La BCE a ainsi abaissé boy principal taux directeur, le taux de refinancement, qui passe de ,05% à % dès le 16 mars. C’est united nations première : cela signifie que l’ensemble des établissements bancaires pourront emprunter gratuitement auprès de l’institution monétaire. Le taux d’escompte, passe pour sa part de ,30% à ,25%. Le taux de dépôt, baisse encore de 10 points de base pour s’établir à-,40%. United nations peu moins que ce à quoi s’attendaient certains économistes. Plusieurs d’entre eux anticipaient une baisse à -,50%. De même, la possibilité d’un système de taux négatifs differenciés, en fonction du montant plusieurs dépôts, a été discutée, mais n’a pas été retenue.

Pour l’avenir , le président en BCE a déclaré que l’institution de Francfort n’était pas à court de munitions, « comme nous l’avons montré aujourd’hui ».

La Bourse de Paris a bondi de plus de 3 % dans la foulée de ces annonces. L’ensemble des économistes ont été impressionnés, à l’image de Frederik Ducrozet, qui a publié le tweet ci-dessous.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *