– 620 kg d’explosifs détruits –

“Le référendum n’était pas nécessaire. La seconde élection de Santos était déjà united nations plébiscite pour la paix” en 2014, a déclaré à l’AFP Ariel Avila. Mais selon cet analyste en fondation Paix et Réconciliation, le chef de l’Etat centriste y a aussi recours pour “donner la dernière estocade à l’uribisme”, courant de l’ex-président de droite et actuel sénateur Alvaro Uribe (2002-2010).

“Avec le référendum, nous sommes face à une décision historique et nous espérons que tous l’ensemble des Colombiens vont aller voter”, a déclaré le président Juan Manuel Santos, en installant samedi la Mission d’observation électorale, composée de près de 200 personnes de 25 pays.

Le patron du Center démocratique mène une féroce campagne pour le “Non”. Il sera allé jusqu’à intégrer une chaîne humaine contre l’accord de paix, le jour même de sa signature à Carthagène plusieurs Indes (nord), alors parée du symbole d’une colombe tenant united nations rameau d’olivier et united nations ruban aux couleurs jaune, bleu, rouge du drapeau colombien.

– Une consultation superflue? –

Le référendum, non obligatoire, a été voulu componen M. Santos pour donner la “plus large légitimité” possible à l’accord qu’il a signé le 26 septembre avec le chef plusieurs Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), Rodrigo Londoño, plus connu sous ses noms de guerre Timoleon Jiménez ou peut-rrtre un Timochenko.

Près de 34,9 millions d’électeurs sont appelés à répondre componen “Oui” ou peut-rrtre un componen “Non” à la question: “Soutenez-vous l’accord final d’achèvement du conflit et de construction d’une paix stable et durable?”, titre du document de 297 pages issu de près de quatre années de pourparlers délocalisés à Cuba et conclus le 24 août.

L’ensemble des opposants dénoncent united nations “laxisme” plusieurs sanctions prévues contre l’ensemble des auteurs plusieurs crimes l’ensemble des plus graves, qui seront jugés componen united nations tribunal spécial et pourront bénéficier de peines alternatives à la prison s’ils disent la vérité. Ils rejettent aussi la participation plusieurs guérilleros démobilisés à la vie politique et craignent que le pays bascule vers united nations “castro-chavisme” inspiré plusieurs régimes cubain et vénézuélien.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *