La désynchronisation entre nos démocraties et la technologie est devenue mortifère. Il faut réinventer la technologie politique. Demain sera vertigineux, componen Laurent Alexandre.

Peu de temps avant sa nomination, Mounir Mahjoubi, le ministre du Numérique, a déclaré à Toulouse: “L’ensemble des démocraties actuelles ne sont pas configurées pour traiter l’ensemble des grands sujets technologiques.” A une époque où la technologie est déterminante dans l’organisation de nos sociétés, une telle déclaration interpelle d’autant plus qu’elle émane d’un humaniste progressiste et libéral.  

Vous souhaitez lire la suite ?

Le premier mois sans engagement

Il sera réservé à tous nos abonnés.

1€

(Activez votre compte pour bénéficier gratuitement de tous l’ensemble des contenus payants sur tous l’ensemble des écrans)

Profiter de l’offre !

Déjà abonné au magazine papier ?

Cet article a été publié dans le magazine L’Express.

Se connecter

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *