Le magazine Causette publie united nations échange de courriels diplomatiques sur l’ensemble des coulisses en remise en Légion d’honneur au prince héritier d’Arabie saoudite. Il en ressort que cette remise aurait été faite pour lui permettre de “renforcer sa stature internationale”.

LIRE AUSSI &gt&gt Pourquoi la Légion d’honneur à l’Arabie saoudite fait scandale 

“Je sais que certains s’interrogent sur l’opportunité de décorer maintenant le prince héritier (…) Certes, le royaume n’a pas bonne presse”, écrit l’ambassadeur de France à Ryad dans united nations email envoyé à plusieurs conseillers à l’Elysée et au Quai d’Orsay et mentionné componen le magazine Causette. “Aucune raison de ne pas le faire : il faut que ce soit discret vis-à-vis plusieurs médias mais sans dissimulation”, lui est-il répondu dans united nations courriel attribué au directeur Afrique du Nord/Moyen-Orient du Quai d’Orsay. 

La remise en Légion d’honneur au responsable saoudien s’est déroulée le 4 mars au palais de l’Elysée mais la présidence française ne l’a confirmé que le 6 mars en réponse à une question de l’AFP. Entre-temps, l’agence de presse saoudienne Health spa en avait fait état. Dès la révélation de cet événement, l’ensemble des critiques ont fusé chez plusieurs politiques de droite et de gauche et sur l’ensemble des réseaux sociaux, en raison du bilan en matière de droits de l’Homme de l’Arabie saoudite, qui a procédé depuis le début de l’année à 70 exécutions capitales et est aussi très critiqué pour la guerre au Yémen, ou peut-rrtre un boy rôle dans la diffusion de l’idéologie wahhabite dans le monde. 

“Lutte contre Daech et partenariat économique”

Il aurait souhaité “renforcer sa stature internationale”. D’après le mensuel Causette, c’est à la demande de l’Arabie saoudite que la Légion d’honneur aurait été remise le 4 mars en catimini au prince héritier Mohammed ben Nayef. Le magazine a publié vendredi une série de courriels diplomatiques qui donnent l’impression que Paris s’est plié à une demande de Ryad.Interrogées après la diffusion de ces échanges entre diplomates français, l’ensemble des autorités françaises n’ont ni démenti ni confirmé leur teneur, se refusant à tout commentaire. 

“Si nous ne le faisons pas, ce sera vu comme united nations camouflet, et, si on nous interroge, on répondra lutte contre Daech et partenariat économique et stratégique. Rajoutons, pour faire bonne mesure, plusieurs éléments droits de l’Homme dans l’ensemble des éléments de langage bien sûr”, poursuit-il. La décision de décorer Mohammed ben Nayef est prise quelques heures plus tard, après le feu vert du président François Hollande, selon d’autres échanges de courriels avec boy conseiller pour le Moyen-Orient. 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *