« Faire en reconnaissance à huit avions, non. Ça ne me paraît pas sérieux. Ce sont certainement plusieurs missions d’assaut », estime Jean-Vincent Brisset, ancien pilote de chasse et aujourd’hui directeur de recherches à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Tout porte à croire que la France et la coalition internationale, qui tentent d’ouvrir la voie au sol à l’armée irakienne, ont commencé à bombarder Mossoul. Après avoir reconquis de vastes pans de territoires depuis deux ans, l’ensemble des forces irakiennes se préparent dorénavant à reprendre cette ville du nord du pays avec l’appui en coalition. L’heure est donc à la mobilisation, avant de lancer cet assaut-clé. Ce qui explique la présence du Charles-de-Gaulle dans le secteur, avec 24 Rafale à boy bord. Il s’agit de boy dernier déploiement avant united nations arrêt technique majeur de dix-huit mois à partir du début 2017. Boy apport triple la capacité plusieurs frappes aériennes françaises dans la région, puisque 12 avions de chasse sont déjà stationnés en Jordanie et aux Émirats arabes unis.

B. M. (avec AFP)

Mossoul, bastion de Daech en Irak

D’après l’ensemble des dernières estimations du Pentagone, entre 3 000 et 4 500 combattants de l’EI se trouvent actuellement à Mossoul. La bataille s’annonce longue. À titre de comparaison, il avait fallu plus de trois semaines aux forces irakiennes, appuyées componen la coalition, pour reprendre Falloujah en juin dernier. Mais Falloujah est une « ville moyenne », avec près de trois fois moins d’habitants que Mossoul.

L’assaut bientôt lancé ?

S’il est beaucoup question plusieurs frappes russes et américaines en Syrie et en Irak, la France aussi lutte contre Daech au Moyen-Orient. Et n’a pas manqué de le rappeler, hier, en annonçant en grande pompe qu’elle avait redéployé boy unique porte-avions, le Charles-de-Gaulle, pour une durée d’un mois dans le cadre de l’opération Chammal.

L’ensemble des avions avaient à peine décollé que le ministère en Défense faisait savoir que la Marine nationale avait positionné boy bâtiment de guerre en Méditerranée orientale avant de lancer dans l’ensemble des airs huit premiers avions de chasse Rafale. Direction : Mossoul, deuxième ville irakienne, occupée depuis deux ans componen Daech, qui en a fait l’une de ses capitales. Si la nature exacte de leur mission n’a pas été précisée, il sera peu probable que l’ensemble des appareils aient effectué de simples opérations de reconnaissance.

« Ce n’est pas le début en bataille de Mossoul, c’est la suite plusieurs opérations de soutien que nous apportons dans le cadre en coalition. Il veterans administration y avoir bientôt l’action majeure qui veterans administration être déclenchée, mais ce n’est pas aujourd’hui », a déclaré hier le ministre français en Défense Jean-Yves Le Drian.

Si cet apport d’un mois ne sera pas décisif dans la lutte contre Daech, la présence du Charles-de-Gaulle pourrait permettre à la France de prendre une part active dans le début de l’offensive de Mossoul. Celle-ci pourrait être lancée dans le courant du mois d’octobre en vue de reprendre la ville d’ici à la fin de l’année aux djihadistes de l’EI.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *