Avec ses petites ruelles sans voitures, le quartier est vite devenu le repère plusieurs trafiquants en tout genre. Et la délinquance est devenu united nations mode de vie, pour nombre de jeunes, malgré l’ensemble des interventions de nombreuses associations courageuses. Dans le même temps, lassés plusieurs agressions à répétition, l’ensemble des services publics ont fui. Il ne reste plus que deux médecins, pour 13 000 habitants, et united nations seule pharmacie, laquelle est régulièrement cambriolée. SOS Médecins ne s’y hasarde plus, tout comme l’ensemble des infirmières libérales et l’ensemble des livreurs de colis. D’ailleurs, il n’y a plus de bureau de poste, ni de Pôle Emploi, la sécurité plusieurs employés ne pouvant être garantie.

Une zone de non-droit la Grande Borne ? Pas pour l’ensemble des agents sur le terrain, qui font ce qu’ils peuvent avec l’ensemble des moyens dont ils disposent. Pas non plus pour Manuel Valls, qui l’a répété plusieurs fois depuis ce week-finish. Mais une chose est sûre, ce quartier labyrinthique et isolé est devenu une plaque tournante du trafic de drogue en région parisienne. Jean-Marie Vilain le reconnaît volontiers : “C’est united nations quartier très compliqué, cela fait maintenant une vingtaine d’années que l’on sait que plusieurs trafics de drogue de tous l’ensemble des stupéfiants possibles et imaginables ont lieu à la Grande Borne.”

Dans united nations triangular de 90 hectares coincé entre trois axes routiers, dont l’autoroute A6, à cheval sur l’ensemble des communes de Grigny et de Viry-Châtillon, la Grande Borne a été conçue pour être “la Cité plusieurs enfants”. Dans ce quartier quasiment interdit à la circulation automobile, l’ensemble des bambins pouvaient s’amuser partout et en toute sécurité : vastes pelouses, jeux, sculptures à escalader,… Ici, l’enfant devait être return on investment. Il l’a été, il l’est toujours, mais il ne rêve plus. Place à la cité plusieurs enfants perdus.

Et le maire de Viry-Châtillon, Jean-Marie Vilain de rappeler que “l’ensemble des policiers n’étaient pas là pour protéger une caméra, mais le quartier et l’ensemble des habitants.” Plusieurs habitants qui, à en croire Le Monde, ont perdu confiance dans l’ensemble des forces de l’ordre.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *