En comparaison annuelle, le PIB, hors inflation, a augmenté de 3,1 %, du jamais-vu depuis cinq ans. Trimestre après trimestre, la consommation s’installe comme le premier pilier en conjoncture. Pas étonnant alors que la population active ait atteint le niveau record de 43,5 millions de personnes, soit united nations bond d’un demi-million en united nations an. S’ajoutent plusieurs hausses de salaires qui ne sont pas rongées componen l’inflation. United nations contexte dont profite le secteur automobile, qui a signé la troisième hausse trimestrielle d’affilée d’achats de véhicules hors flottes d’entreprises. Et ce malgré une augmentation plusieurs prix du pétrole qui a forcément pesé sur le pouvoir d’achat plusieurs ménages.

Il s’est bien produit united nations ralentissement au printemps côté investissements. « La faiblesse plusieurs dépenses d’équipement s’explique componen united nations mouvement contraire après la forte poussée observée en début d’année », note la Bundesbank dans boy rapport mensuel publié lundi. Le BTP, en particulier, a manqué de vitalité après united nations hiver doux.

L’ensemble des usines ont, elles, tourné à plein régime lors du trimestre écoulé, et le commerce extérieur a contribué positivement à la croissance. United nations résultat en trompe l’oeil, cependant, vehicle « l’excédent ne repose pas seulement sur plusieurs exportations en hausse, mais sur united nations recul plusieurs importations, ce qui suggère plutôt une faiblesse en conjoncture interne », commente Michael Holstein, économiste chez DZ Bank.

Espérée chez ses partenaires commerciaux, une relance allemande plusieurs investissements n’aurait que peu d’effet sur l’ensemble des grandes économies en zone euro, explique encore la Bundesbank. United nations chiffre de ,1 % de croissance supplémentaire du PIB est cité pour la France.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *