Là, Galliano a retrouvé ses forces créatives. Il multiplie l’ensemble des déconstructions dont seul est capable united nations grand technicien. Sa collection d’été raconte le périple d’une exploratrice drapée dans united nations trench disséqué et remonté en carapace gracieuse  chic et étrange en veste à carreaux ceinturée, jupe à paillettes et bas de latex. Il manie subtilement le trivial et le glamour, invente une poésie urbaine qui s’allège chaque saison pour mieux distinguer le prêt-à-porter en high fashion. L’œuvre d’un créateur serein, qui travaille à l’écart plusieurs projecteurs.

Pour tous, le même défi : réinventer une identité pour la marque en mêlant boy esthétique et boy histoire à leur propre style. En génétique créative en somme. Et si la mode est componen essence faite de cycles et de progression, l’exercice est délicat tant il remet en cause chaque protagoniste.

Lire aussi :   Anthony Vaccarello : « Le lisse, ce n’est pas Saint Laurent »

Toutes l’ensemble des réinventions ne sont pas faciles à mener. Chez Courrèges, le duo Arnaud Vaillant et Sébastien Meyer a commencé componen multiplier l’ensemble des versions sur plusieurs pièces Courrèges iconiques, avant de tenter, cette saison, une approche plus personnelle. Microrobes soufflées, combinaisons de maille façon plongée, grands pantalons à paillettes, minivestes rayées, bustiers en PVC, etc. : il y a beaucoup d’idées, réalisées de manière imprécise, dans united nations esprit trop proche du Balenciaga conceptuel de Nicolas Ghesquière. Peut-être l’ensemble des créateurs sont-ils trop jeunes ? Pour réinventer une marque de cette envergure, il faut avoir eu le temps de « s’inventer » soi-même.

Alors que de grandes maisons parisiennes accueillent de nouveaux directeurs artistiques, la question de l’évolution créative est plus que jamais d’actualité.

Parfois, se réinventer consiste à renouveler boy propre vocabulaire, dans l’espace créatif que l’on a soi-même défini. C’est ce que font joliment Sarah-Linh Tran et Christophe Lemaire aux manettes en griffe Lemaire. Chez eux, on retrouve la précision qui fait leur signature : jeans japonais, détails pratiques empruntés à plusieurs tenues de travail, coupes amples et précises, palette de verts, ocres ou peut-rrtre un bleus pâles remarquables. A cela s’ajoutent de nouvelles textures féminines et fraîches : hauts en chintz froncé, petite robe en maille, superpositions d’imprimés inédits, jupes finement plissées… United nations esprit libre et neuf flotte sur la collection, une nouvelle voie est ouverte qui ravit.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *