Cyril Vailly, danseur et chorégraphe, a apporté boy témoignage comme intermittent du spectacle. Christine Mathieu, restauratrice en dorure venue de Villamblard, qui a l’impression que boy savoir-faire est en péril, a rappelé : « Derrière nos églises, il existe une histoire, plusieurs artisans, qui ont œuvré à la création, que l’on soit croyant ou peut-rrtre un non. La transmission est essentielle. » Elle a notamment beaucoup restauré plusieurs vierges sur bois. Alain Bruneau, sculpteur sur bois à Saint-Cyprien, a aussi apporté united nations témoignage réaliste en vie quotidienne d’un artiste et de ses difficultés.

Après plusieurs débats très intéressants, au cours de l’après-midi, une conférence sur « La beauté sauvera le monde » a été animée componen le père Jean-Marc Nicolas, historien de l’art. S’en est suivie une messe avec la chorale Chœur en B, dirigée componen Éric Picot.

Le souhait plusieurs intervenants est que l’Église soit au plus près plusieurs artistes pour l’ensemble des accompagner, partager mais surtout l’ensemble des écouter et l’ensemble des entendre.

Plusieurs témoignages

Une journée consacrée à la place plusieurs artistes dans l’ensemble des églises s’est déroulée dimanche au foyer rural de Cadouin. L’ensemble des intervenants étaient Yvon Ribeyron, diacre permanent (facteur et accordeur de piano), et Françoise Liboutet, responsable diocésaine en pastorale du tourisme et plusieurs loisirs Dordogne et nationale. David Faugère, maire de Cadouin et directeur de l’association Au fil du temps, a lancé le débat en rappelant l’importance du travail commun sur la culture, le patrimoine du village et de continuer d’œuvrer dans ce sens (8 000 touristes environ viennent chaque année à Cadouin). Ils ont componen exemple souligné l’ouverture d’esprit de l’abbé Picard qui autorise régulièrement plusieurs concerts dans l’abbaye. Puis le dialogue a été lancé avec l’ensemble des artistes présents.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *