Qu’est-ce que vous obtenez lorsque vous croisez une cuillère à soupe graisseuse Québécois avec la quintessence de glucane Hannukah?

La poutine Latke, bien sûr, un plat glorieusement calorique au menu de l’épicerie fine Mile End de style montréalais mais à base de Brooklyn, disponible jusqu’au 31 décembre.

La pile de «latke frites» (essentiellement les crêpes de pommes de terre que votre grand-mère juive fait, mais en forme de frites) arrive à votre table étouffée dans une riche sauce aux champignons et se termine avec une poignée de fromage en grains et d’échalotes. C’est la création du chef Yehuda Sichel, né à Balimore, qui dirige un restaurant appelé Abe Fisher à Philadelphie.

Sichel – après avoir été diplômé de l’Ecole des arts culinaires casher d’Israël, étudiant les techniques de cuisine française à la Brasserie Perrier à Philly, et accédant au rang de sous-chef au restaurant israélien moderne Zahav – s’est taillé une place avec un menu cela représente des siècles de nourriture traditionnelle de l’âme juive et la pollinisation croisée des cuisines résultant de la diaspora juive.

Avec des tacos de schnitzel de veau et du style «Chinatown» hongrois dans son répertoire, nous ne sommes pas surpris qu’il ait inventé quelque chose comme une ode de saison au bon vivant canadien et au bubbe juif.

Mile End vend typiquement trois sortes de poutine: une version classique, une version de luxe élevée à de plus grandes hauteurs caloriques avec sa poitrine de boeuf fumée signature et une «poutine du mois».

Décembre vous coûtera 14 $ par assiette.

À ce prix, nous disons apporter le gâchis gras, éclatant mais qui est si séduisant.

Mile End a deux emplacements, l’un à 97 Hoyt St., Brooklyn, l’autre à 53 Bond St., Manhattan.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *