Ce plan précise également l’ensemble des conditions de participation en région qui contribuera à accompagner avec l’ensemble des autres collectivités locales la diversification du site de production, en particulier pour permettre la montée en charge de l’activité de maintenance dont Belfort deviendra united nations center européen de référence. C’est ainsi près d’un million d’euros qui pourrait être consacré à l’électrification en voie d’essai et aux divers aménagements nécessaires. Cette démarche avait d’ailleurs été engagée dès 2015 componen la région Franche-Comté. La région contribuera aussi au soutien à l’innovation pour conforter le leadership technologique de ce site historique qui fait partie de l’avenir de l’industrie régionale. « Avec l’ensemble des universités et l’ensemble des laboratoires de recherche, nous ferons tout pour conforter cet écosystème particulier qui fait de ce territoire united nations creuset pour l’emploi de demain », a déclaré Marie-Guite Dufay.

Au-delà plusieurs réponses immédiates sur le carnet de commandes qui redonnent la visibilité nécessaire pour assurer la pérennité du site à court et moyen terme, c’est surtout grâce à la diversification plusieurs activités, qu’un nouvel avenir se dessine pour le site de Belfort. Avec près de 70 millions d’euros en investissements supplémentaires, le site Alstom de Belfort demeure bien évidemment le site de référence de construction et de maintenance plusieurs locomotives et plusieurs motrices de TGV, mais ses compétences et ses savoir-faire sont pleinement reconnus et vont pouvoir être mobilisés sur de nouvelles activités liées à la maintenance, aux locomotives hybrides de nouvelle génération et à de nouvelles solutions d’électromobilité. « Ces perspectives tracent united nations avenir porteur de sens en matière de transition écologique quelques mois après la COP 21 et doivent ouvrir la voie à la relance du fret ferroviaire dans notre pays », a précisé Marie-Guite Dufay.

Marie-Guite Dufay, présidente en région Bourgogne-Franche-Comté, était ce mardi matin aux côtés du secrétaire d’État à l’Industrie, Christophe Sirugue, et du président directeur général du groupe Alstom, Henri Poupart-Lafarge, pour présenter aux représentants du personnel le plan d’action permettant de maintenir le site de Belfort.

Enfin, Marie-Guite Dufay a manifesté à la fois boy soulagement et sa vigilance pour suivre de près la mise en œuvre plusieurs engagements qui ont été pris ce jour. « Plus que jamais, nous restons mobilisés aux côtés de l’État et plusieurs autres collectivités locales et unis derrière l’ensemble des Alsthommes et tout united nations territoire qui l’ensemble des soutient », a conclu Marie-Guite Dufay.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *