Il contient aussi d’autres mesures pour soutenir l’ensemble des producteurs: “Le projet de loi prévoit que l’ensemble des agriculteurs puissent faire valoir leurs coûts de production dans le contrat de vente. Nous en attendons beaucoup pour revoir une relation commerciale déséquilibrée”, ajoute Pascal Clément.  

LIRE AUSSI &gt&gt “Je ne sais pas si je serai agriculteur toute ma vie” 

Bis repetita, puisqu’un mouvement de protestation similaire avait déjà été mené l’été dernier, sans grand succès. Le prix du lait ne cesse de descendre, united nations mouvement accentué depuis la fin plusieurs quotas de production en mars 2015 et la surproduction en Europe. Ce mois de juillet, Lactalis a de nouveau baissé boy prix d’achat à 257 euros l’ensemble des 1000 litres. En juillet 2014, il l’ensemble des payait 363 euros. Alors que le prix de production moyen est estimé autour de 350 euros, l’ensemble des producteurs ont du mal à se dégager united nations salaire. Et à rembourser leurs dettes. 

LIRE AUSSI &gt&gt Sortir en crise agricole, c’est possible 

La Confédération paysanne et l’Association plusieurs producteurs de lait indépendants (APLI) semblent donner raison à la multinationale. Ces deux organisations ne seront pas à Laval. “On trouve que c’est très réducteur de ne s’en prendre qu’à Lactalis alors qu’il y a une crise de surproduction”, explique à L’Express Laurent Pinatel, porte-parole en Confédération paysanne. “La FNSEA a bon dos de s’en prendre à Lactalis, alors qu’elle a prôné united nations système productiviste”, raille Boris Gondouin, président de l’APLI. 

Lactalis, united nations simple bouc émissaire? “Il y a une convergence inéluctable plusieurs prix. L’ensemble des autres ne sont pas plus généreux, c’est clair. Sur deux ou peut-rrtre un trois ans, ils se suivent à quelques euros près”, reconnaît pour L’Express Pascal Clément, président en FRSEA Ouest. “Mais Lactalis est le leader, et c’est à lui de montrer l’exemple, au lieu de tirer l’ensemble des prix vers le bas. Le marché final français reste très rémunérateur, alors que le lait est payé 100 euros de moins qu’il y a quelques années. Danone et Bel, qui publient leurs résultats, enregistrent plusieurs marges formidables. On the besoin plusieurs industriels, mais ces entreprises sont en train de détruire le marché.” 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *