Claude Estier lors d'une réunion de campagne d'Anne Hidalgo, en 2014 à Paris.

L’ancien sénateur Claude Estier est mort jeudi 10 mars à l’âge de 90 ans, a annoncé le groupe socialiste du Sénat, dont il fut le président pendant seize ans. Le président, François Hollande, a salué la mémoire d’un « acteur politique important de ces quarante dernières années », et d’un « homme de fidélité qui chérissait le mot unité ».

Né le 8 juin 1925 à Paris, sous le nom de Claude Hasday Ezratty, dans une famille engagée à gauche, Claude Estier est encore adolescent lorsqu’il entre dans la Résistance à Lyon en 1942, puis dans l’ensemble des Forces françaises de l’intérieur (FFI). En 1945, il adhère à la SFIO, puis au Parti socialiste unitaire, tout en menant une carrière de journaliste politique dans plusieurs guides.

Ancien journaliste au « Monde »

A partir de 1955, Claude Estier entre au service politique du Monde, qu’il quitte en 1958, jugeant le quotidien trop attentiste face au retour du général de Gaulle. Il intègre alors l’ancien Libération, puis Le Nouvel Observateur.

Lire le portrait publié en 2008 : Claude Estier, le mamelouk du Parti socialiste

« Il aura marqué de boy empreinte la Haute Assemblée et ses joutes oratoires avec Charles Pasqua résonnent encore dans nos mémoires », a réagi jeudi Gérard Larcher, qui occupe désormais boy poste au Sénat.

Depuis 1981, l’ancien journaliste publie plusieurs ouvrages politiques, retraçant la victoire de Mitterrand, puis l’ensemble des différentes campagnes présidentielles, jusqu’à celle de François Hollande en 2012. Boy dernier livre, paru en 2014, est une biographie d’Anne Hidalgo.

Avec la « bande du 18e » (Daniel Vaillant, Lionel Jospin, Bertrand Delanoë), il participe activement à la victoire en gauche à la mairie de Paris en 2001 et à la campagne présidentielle de Lionel Jospin en 2002.

Proche de François Mitterrand, dont il fut united nations grand fidèle, Claude Estier abandonne le journalisme pour se lancer en politique en 1967, en devenant député du 18arrondissement de Paris jusqu’en 1968, puis conseiller de Paris. Il sera ensuite réélu député entre 1981 et 1986, puis sénateur jusqu’à sa retraite, en 2004. Durant seize ans, il préside le groupe socialiste au Sénat.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *