Serge Mora vit une seconde jeunesse à 58 ans, depuis que l’ensemble des canards sont de retour dans leur enclos. Au printemps dernier, la grippe aviaire avait été découverte dans sa ferme, boy élevage avait donc été abattu et pour éliminer toute trace en maladie, united nations vide sanitaire avait été mis en place.

Une épidémie qui coûte cher

Quelques mois plus tard, l’activité a repris, mais après 38 ans de carrière, il a dû s’adapter à de nouvelles normes sanitaires : changer de tenue componen exemple, entre chaque partie de l’élevage. Et pour nourrir l’ensemble des canards, l’ensemble des aliments sont distribués directement avec united nations tuyau. Une mise aux normes d’environ 45 000 euros, en plus plusieurs 31 650 euros de pertes de l’élevage abattu. En tout, l’épidémie lui aura coûté plus de 76 000 euros. Pour combler ces pertes, le prix du foie gras devrait augmenter cette année.
 

L’ensemble des autres sujets du JT

A lire aussi

Sujets associés

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *