Monde

L’Arabie Saoudite cherche à réduire davantage les stocks de pétrole

L’Arabie Saoudite cherche à réduire davantage les stocks de pétrole

Entreprise

La production de brut de Saudi Aramco en mars sera de 100 000 barils par jour (bpj) en dessous de son niveau de février, tandis que les exportations seront maintenues au-dessous de sept millions de bpj, a annoncé le ministère de l’Energie.

Photo du ministre saoudien de l’Energie et du Pétrole, Khalid Al-Falih, lors de la conférence Future Investment Initiative (FII) à Riyad, le 24 octobre 2017. (FAYEZ NURELDINE / AFP)

15 février 2018 01:43 (Actualisé: 15 février 2018 05:25 )

Signet

RIYAD: L’Arabie saoudite a annoncé mercredi 14 février qu’elle réduira davantage la production et les exportations de pétrole le mois prochain afin de réduire les stocks excédentaires qui ont pesé sur les prix du brut, les inquiétudes concernant l’offre excédentaire américaine. La production de brut de Saudi Aramco en mars sera de 100 000 barils par jour (bpj) en dessous de son niveau de février, tandis que les exportations seront maintenues au-dessous de sept millions de bpj, a annoncé le ministère de l’Energie. “L’Arabie saoudite reste concentrée sur la réduction des stocks de pétrole excédentaires”, a déclaré un porte-parole du ministère. “La volatilité du marché est une préoccupation commune pour les producteurs et les consommateurs, et le royaume s’engage à atténuer cette volatilité et à modérer ses impacts négatifs.” L’Arabie Saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, a appelé le mois dernier à étendre la coopération entre les producteurs de l’OPEP et les producteurs non membres de l’OPEP au-delà de 2018, après un accord sur la réduction des prix. Le prix du pétrole est passé de plus de 110 dollars américains le baril en 2014 à environ 30 dollars américains au début de 2016. Mais le marché a connu un revirement depuis et les prix du pétrole sont maintenant proches de 60 dollars.
Publicité

Publicité

Le ministre saoudien de l’Energie, Khalid al-Falih, a déclaré mercredi que les producteurs préféreraient persister à réduire leur production cette année, même si cela entraîne une légère pénurie d’approvisionnement. “Si nous devons un peu équilibrer le marché, alors qu’il en soit ainsi”, a-t-il déclaré aux journalistes après une conférence de l’industrie à Riyadh. Son commentaire intervient un jour après que l’Agence internationale de l’énergie ait averti que la montée en flèche de la production de pétrole aux Etats-Unis freinait les prix du brut, sapant ainsi les efforts du royaume. Les producteurs de schiste, en particulier aux États-Unis – qui ne sont pas parties à l’accord – augmentent leur production pour tirer profit de la remontée des prix du brut. Mais Falih et son homologue russe, Alexander Novak, ont rejeté l’idée d’une «stratégie de sortie» de la production. Après leur réunion à Riyadh, les ministres des deux principaux producteurs de pétrole ont déclaré qu’ils étaient d’accord sur la nécessité de coopérer pour soutenir les prix dans un contexte de hausse de la production américaine. “Je suis confiant que notre haut degré de coopération et de coordination continuera à apporter les résultats souhaités”, a déclaré M. Falih.

Post Comment