L’Etat du sud comptait mettre à mort huit condamnés entre le 17 et le 27 avril, justifiant ce rythme componen la péremption d’une substance utilisée dans l’ensemble des injections mortelles.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *