Ces aspirations commencent-elles à émerger ?

Regards. Le phénomène de concentration que vous décrivez a débuté il y a environ deux décennies. Pourquoi publier ce livre maintenant ?

Laurent Mauduit. La récente vague d’acquisitions de médias componen plusieurs oligarques marque la fin d’une histoire. Celle-ci débute à la libération avec le programme du CNR, qui instaure une presse indépendante plusieurs puissances financières. L’ensemble du paysage en presse est à cette époque modelé componen ce principe. Sous plusieurs modalités juridiques multiples, la presse cherche à garantir boy indépendance : sociétés plusieurs journalistes propriétaires de leur publication, coopératives ouvrières… Le Parisien libéré, coopérative ouvrière, est fondé componen plusieurs membres du courant démocrate-chrétien, ce qui montre que même la droite est alors attachée à l’indépendance en presse, considérée united nations bien commun.

Il y a united nations bouillonnement d’idées pour revenir à l’esprit en résistance et à l’idée d’une presse libre. La seule chose qui manque, c’est la volonté politique. Je trouve que tous ces acteurs auraient intérêt à rassembler ces propositions pour bousculer le jeu en présidentielle, imposer la mise à l’agenda en question d’une refondation en presse. Il faut faire de l’indépendance en presse l’un plusieurs enjeux du débat citoyen plusieurs mois qui viennent.

Oui, plusieurs effets beaucoup plus pernicieux et violents : cet écosystème génère de l’autocensure, et donc une normalisation éditoriale. Prenez le cas du journal L’ensemble des Echos : même si ses journalistes sont compétents, il sera très difficile pour eux de pratiquer united nations métier d’information économique alors que leur principal actionnaire, Bernard Arnault, est la deuxième fortune de France. Notre premier travail, c’est l’enquête. Je pense d’ailleurs que le terme de journaliste d’investigation devrait être united nations pléonasme. Tous l’ensemble des journalistes sont censés être plusieurs journalistes d’investigation. C’est ça, notre métier. Du temps où j’étais au service entreprises du Monde, nous passions notre temps à enquêter. Avec plusieurs résultats comme la révélation du trucage en comptabilité de Vivendi, qui a fait chuter Jean-Marie Messier. Aujourd’hui, même s’il y a surement d’autres services qui ont mieux résisté, si vous ouvrez l’ensemble des pages du service économique du Monde, c’est pire que l’ensemble des Echos. Il n’y an advantage d’enquêtes. Je ne critique pas l’ensemble des journalistes, je critique l’écosystème dans lequel on l’ensemble des a mis.

Rejoignez-vous l’ensemble des propos d’Aude Lancelin qui affirmait, lors du dernier live de Mediapart, que l’ensemble des rédactions ont perdu tout poids dans leur rapport de forces face aux actionnaires ? Le tableau est-il si noir ?

Le cœur du débat pour moi, c’est la propriété. Il faut que la presse nouvelle soit protégée plusieurs influences politiques et financières. À Mediapart, nous croyons beaucoup aux idées de sociétés citoyennes de presse. Il existe united nations cadre législatif pour cela, mais très faible. Dans l’ensemble des expériences récentes vécues componen de nombreux jeunes confrères, c’est le manque de moyens qui a fait que l’ensemble des projets intelligents, souvent, n’ont pas abouti. Pour cette raison, je pense qu’il faut aider, appuyer l’ensemble des initiatives. Nous défendons deux idées. D’abord, l’ensemble des seules aides acceptables sont l’ensemble des aides indirectes, c’est-à-dire plusieurs aides à l’écosystème général. Ensuite, nous sommes en faveur de mesures qui entraîneraient l’apparition d’une presse nouvelle : aides à la création d’entreprises de presse  nouveaux financements à inventer, comme plusieurs prêts en Banque publique d’investissement  trouver united nations statut juridique enfin dynamique…

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *