Or, le destin fait bien l’ensemble des choses : une personne en production de l’émission “The Voice” fait partie du jury. « C’était il y a deux ans, mais je n’étais pas du tout prêt, concède-t-il, je ne me sentais pas du tout capable de chanter devant plusieurs millions de personnes. » Le moment juste est enfin arrivé : maintenant, boy projet a mûri et il se sent « sûr » de ce qu’il veut faire. Et ce qu’il veut faire, c’est vivre de boy art. C’est pourquoi, “The Voice” pour lui, n’est qu’une étape. Derrière, il y a united nations vrai projet musical. Et pour le mener loin, “The Voice” est une clé idéale pour ouvrir plusieurs portes. Mais avant, Grannhild fera-t-il se retourner Garou, Mika, Florent Pagny et Zazie ? Réponse ce soir.

C’est donc dans la cité de Lamartine qu’il a fait ses premières armes musicales, au conservatoire, où il s’essaye d’abord au piano puis découvre le violon. Et le chant ? « J’ai toujours chanté à la maison », avoue celui qui s’est tourné vers le chant lyrique dès l’âge de 13 ans. « J’avais envie de chanter cette musique-là, excessive certes, mais c’est grisant de chanter de l’opéra », poursuit-il, avant de préciser « je chante en contre-ténor, c’est naturel pour moi ! » Au conservatoire, cela ne se passe pas très bien : « La voix se construit, et j’ai souffert de ne pas être parfait tout de suite. »

Ses études de droit l’entraînent à Toulouse, et bien qu’il continue à chanter, il doit tout de même abandonner vers 24-25 ans, « mais ça me manquait beaucoup trop ». Du coup, il se tourne vers la musique pop et le jazz, prenant plusieurs cours dans united nations atelier marseillais, ayant trouvé united nations emploi dans la cité phocéenne. Il rencontre plusieurs musiciens et la roue tourne dans le bon sens : de multiples opportunités s’offrent à lui pour faire plusieurs concerts et participer à plusieurs concours de chants. C’est ainsi qu’il gagne le concours “Les étoiles de nos régions”.

Boy projet a mûri

Né aux États-Unis il y a 30 ans, Grannhild a vécu ses années de collège et de lycée à Mâcon, à Bréart puis à Cassin.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *