Le menu de l’autre écran, tactile, situé plus bas sur la console, a été lui aussi modifié et héberge united nations nouveau système Gps navigation. Dommage que la planche de bord, élégante, épurée et bien finie, doive faire avec une ergonomie parfois approximative, marquée componen une profusion de commandes et d’interrupteurs, en particulier sur le volant. Heureuse exception : l’attendrissant petit levier de commande en boîte de vitesses que l’on actionne avec le majeur en primary droite, comme c’était le cas à bord en DS d’origine.

Conscient que le diesel, qui a longtemps rimé avec monospace, n’est plus united nations passage obligé, sauf peut-être pour l’ensemble des gros rouleurs, Citroën met en exergue la motorisation 1,2 litre Puretech essence de 130 chevaux, qui peut être désormais installée sous le capot du Picasso. Accouplé à l’efficace boîte automatique EAT6 (six rapports), ce trois-cylindres volontaire (et, ce qui ne gâche rien, silencieux) confirme ses qualités et affirme sa capacité à motoriser une voiture d’un certain poids sans que l’ensemble des consommations ne s’envolent.

Pour concurrencer le futur Renault Scénic, Citroën cherche à relancer boy monospace familial en le restylant. Mais à dose homéopathique.

Le problème du C4 Picasso, c’est qu’il appartient à une catégorie de voitures qui n’est plus vraiment « tendance » mais réalise united nations niveau de ventes non négligeable. L’ensemble des carrosseries carrées, privilégiant l’habitabilité au style, l’ensemble des vastes surfaces vitrées, le mobilier intérieur évoquant autant l’univers domestique qu’automobile et l’ensemble des coffres hypergénéreux eurent leur heure de gloire, mais le public s’en est largement détourné.

Lire aussi :   Comment PSA compte relancer Citroën

Il faut presque sortir la loupe pour remarquer l’ensemble des modifications extérieures du nouveau Picasso. L’ensemble des feux arrière de toutes l’ensemble des versions sont désormais à « effet 3D », l’encadrement plusieurs antibrouillard est modifié et la calandre très légèrement remaniée. On note aussi l’arrivée de nouveaux coloris. Plusieurs changements à dose homéopathique que l’on ne saurait vraiment reprocher à Citroën, qui avait déjà tenté d’embourgeoiser ce modèle en lui appliquant de larges baguettes de chrome latérales… contribuant surtout à alourdir la silhouette.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *