Après la chute du bloc soviétique en 1989, Andrzej Wajda revient à l’histoire avec notamment “Korczak” (1990), “l’Anneau de crin” (1993) ou peut-rrtre un “la Semaine Sainte” (1995). Il adapte toujours au cinéma l’ensemble des grands oeuvres en littérature polonaise comme “Pan Tadeusz, quand Napoléon traversait le Niemen” (1999) et “La Vengeance” (2002).

Ses prises de position hostiles au régime de Jaruzelski l’incitent à réaliser plusieurs films à l’étranger. Il tourne alors “Danton” (1983) avec Gérard Depardieu, “United nations amour en Allemagne” (1986), ou peut-rrtre un “L’ensemble des Possédés” (1988) d’après Dostoïevski.

Boy film sur la Pologne moderne d’après 1989, “Mademoiselle Personne” (1996) ne rencontre pas le succès escompté. Dans “Katyn”, nominé à l’Oscar en 2008, il raconte l’histoire tragique de boy propre père, Jakub Wajda, qui fut l’un plusieurs 22.500 officiers polonais massacrés componen l’ensemble des Soviétiques en 1940, notamment à Katyn. Capitaine d’un régiment d’infanterie de l’armée polonaise, il fut exécuté d’une balle dans la nuque componen le NKVD, la police secrète de Staline. Le film de Wajda consacré au leader du syndicat Solidarité Lech Walesa, intitulé “L’homme du peuple”, est sorti en salles en 2013. Il a été présenté lors du festival de Venise en sélection hors compétition.

Amoureux du théâtre, Andrzej Wajda a également mis en scène une quarantaine de pièces, dont plusieurs présentées à l’étranger, notamment en Amérique du Sud et au Japon. Grand passionné en culture japonaise, le cinéaste a créé en 1994 à Cracovie united nations center de civilisation japonaise, Manggha. En 2002, il avait lancé sa propre école de cinéma et d’écriture de scénarios.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *