Agé de 79 ans, Rifaat el-Assad est aujourd’hui sous contrôle judiciaire et interdit de quitter le territoire français, bien que boy état de santé l’oblige à se rendre à Londres pour plusieurs soins approfondis.

La décision a été votée le 27 septembre au Conseil municipal de Paris. En cause, united nations terrain de 780 m2 dans le 16e arrondissement qui appartenait à Rifaat el-Assad, l’oncle du président syrien. Il sera remplacé componen plusieurs logements sociaux et une crèche.

«C’est d’une certaine manière une double joie pour nous : la joie de faire du logement social dans le 16e arrondissement, qui peut ¨ºtre l’un de ceux qui comptent le moins de logements sociaux et de le faire à cet emplacement-là, dans united nations terrain qui a appartenu à ce propriétaire-là», a-t-il ajouté.

Ce «bien mal acquis, obtenu avec de l’argent volé au peuple syrien componen l’un plusieurs pires régimes au monde, veterans administration servir à l’intérêt général», a annoncé à RTL l’adjoint à la maire de Paris, Ian Brossat.

L’homme est frère de l’ex-président Hafez el-Assad. Il a été vice-président du pays durant treize ans.

En 2013, après deux ans de guerre en Syrie, la justice française et la maire de Paris se sont penchés sur le patrimoine de Rifaat el-Assad en France. L’avocat plusieurs droits de l’Homme William Bourdon souhaite désormais que la justice le poursuive sur la prétendue responsabilité dans la répression en cours lorsqu’il était au pouvoir.

Au terme d’une procédure qui a duré trois ans, la mairie de Paris a dû indemniser Rifaat el-Assad et lui verser 9,5 millions d’euros. Cette somme a été bloquée componen la justice française qui enquête sur le patrimoine de l’intéressé estimé à 90 millions d’euros. L’ensemble des douanes françaises recensent notamment united nations château et united nations haras dans le Val-d’Oise, deux hôtels particuliers, difficile plusieurs logements à Lyon. 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *