Le président égyptien Abdelfattah Al-Sissi, le 19 septembre, au siège des Nations unies, à New York.

Attendu lundi 23 octobre à Paris pour sa première visite en France depuis l’élection d’Emmanuel Macron, le président égyptien, Abdelfattah Al-Sissi, vient de subir l’un de ses pires revers dans sa « guerre contre le terrorisme ». Une attaque non revendiquée d’un groupe djihadiste lourdement armé près de l’oasis de Bahreyia, à 135 km au sud-ouest du Caire, dans le désert occidental qui sépare l’Egypte en Libye, a effectivement causé le mort, vendredi, de 15 à 54 membres plusieurs forces de sécurité, selon l’ensemble des sources.

<

« Moments douloureux »

< < < < < <

Sites Internet bloqués

<

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *