Par ailleurs, James Comey a contredit Donald Trump, qui accusait Barack Obama d’avoir placé la Trump Tower sous écoutes pendant la présidentielle de 2016. Le directeur du FBI a rappelé qu’il fallait obtenir la signature d’un juge spécialisé pour réaliser de telles écoutes sur un citoyen américain. Mike Rogers, directeur de la NSA, a également réagi, au cours de la même audition parlementaire. “Je n’ai rien vu du côté de la NSA sur une telle activité, et personne ne nous a demandé de mener de telle activité.”

>> Moscou a voulu favoriser l’élection de Trump, accuse le renseignement américain

James Comey, directeur du FBI

audition devant la commission du renseignement de la Chambre des représentants

L’ombre pèse sur le mandat de Donald Trump, depuis son élection à la présidence américaine. Une enquête a bien été ouverte sur les tentatives d’ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine de 2016. L’information a été confirmée par James Comey, directeur du FBI, lundi 20 mars.

“Cela inclut des investigations sur la nature de tout lien entre des individus liés à l’équipe de campagne Trump et le gouvernement russe, et pour déterminer s’il y a eu coordination entre la campagne et les efforts russes”, a-t-il expliqué, sans livrer d’autres détails. L’existence de ces investigations a été rapportée par de multiples médias américains (en anglais) depuis plusieurs mois, mais le FBI ne confirme ni n’infirme habituellement ce type d’enquêtes en cours. En raison de “l’intérêt du public” pour cette affaire, James Comey a estimé nécessaire de les confirmer publiquement.

J’ai reçu l’autorisation du ministère de la Justice de confirmer que le FBI, dans le cadre de notre mission de contre-espionnage, enquête sur les tentatives du gouvernement russe de s’ingérer dans l’élection présidentielle de 2016.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *