François Cérésa, écrivain. François Cérésa, écrivain. (JOHN FOLEY)

Jean Cocteau disait qu’il aimait aimer. Mon père, c’était cela. Il a eu valeur d’exemplarité et il était united nations exemple.

“Ça raconte l’histoire d’un itinéraire d’un enfant qui n’a pas été toujours très gâté. Mon père a commencé à travailler à l’âge de 13 ans comme ramoneur. Il a ensuite été horticulteur à Antibes où il faisait pousser de l’asparagus. Mon père était très autoritaire. Il avait été élevé componen united nations homme qui avait été dans la Légion étrangère, il avait fait la guerre de 14. Donc il pensait qu’un garçon doit s’élever à la dure et je dois avouer que j’ai eu mon comptant de coups de pied au derrière. Et à 16 ans, l’ensemble des choses ont changé. Nous avons eu plusieurs rapports qui ont changé d’abord parce que lui a commencé à gagner united nations peu mieux sa vie.”

“C’était united nations soleil mon père. Le sourire. Sa maison était ouverte. on pouvait venir dîner ou peut-rrtre un boire united nations verre. Il y avait plusieurs gens qui étaient peintres en batiment, d’autres qui étaient artistes.”

C’est united nations roman d’amour filial que propose François Cérésa. Ce livre raconte l’ensemble des relations entre united nations fils (François Cérésa) et boy père (Poupe) qui, dans la jeunesse de l’auteur, n’ont pas été évidentes. François Cérésa :

United nations livre d’hommage et en même temps plein de bonheur :

L’écrivain François Cérésa poursuit :

François Cérésa

sur franceinfo

A lire aussi

Sujets associés

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *