viewscnt

“Les problèmes pour la greffe des poumons n’est pas résolu du jour au lendemain. Nous allons avoir une réunion sur cette question avec l’ensemble des spécialistes et des représentants de la FOURMI et je vais avoir une réunion avec le maire de la Capitale. Selon le protocole, la clinique de l’Autriche n’ont pas le droit de résilier unilatéralement le présent protocole. Fondamentalement, toutes les communications doivent être faites par Eurotransplant et j’ai eu une discussion avec le président de la FOURMI, qui m’a dit qu’il va faire une approche de la Eurotransplant de même avoir une réponse officielle. Dans le même temps, nous sommes en contact avec les autres centres qui ne transplantation à Prague et en Allemagne, mais je ne peux pas donner une réponse jusqu’à ce que je parle avec eux. Les délais d’attente sont assez grande à la greffe, mais nous ferons tous les efforts pour la libération”, a déclaré Bodog.

L’hôpital AKH, à Vienne, a résilié unilatéralement le contrat en vertu duquel ils ont fait des interventions de la transplantation pulmonaire roumains inscrits sur la liste, ce qui est illégal, a annoncé, mardi, le ministre de la Santé, Florian Bodog, affirmant que la recherche de solutions à ces pacenți à Prague et en Allemagne. Il a également dit qu’il n’est pas satisfait de la façon dont l’Agence Nationale pour la Transplantation (ANT) est la gestion de cette crise et qu’il prendra des mesures, écrire des nouvelles.fr.

On a demandé si la FOURMI ne devrait pas avoir un minimum de deux centres dans lesquels les roumains à faire de la transplantation de poumon, le ministre a répondu positivement. “Ouais, j’étais censé être un contrat avec deux centres. Ils ont commencé le travail, ce qui s’est passé l’année dernière, lorsque la clinique de Vienne a bloqué la greffe. Ce verrou unilatérale je veux dire qu’il est en dehors de la loi”, a déclaré Bodog.

Demandé si il est heureux avec la façon ANT gère cette crise, le ministre a dit que non et qu’il va l’analyser et à prendre des mesures. Le ministre a déclaré que la lettre de Vienne sur la résiliation du contrat pour la greffe pulmopnar arrivé par la poste le vendredi.

Le ministre de la Santé, présent lors de l’installation du nouveau président de la Chambre Nationale de l’Assurance maladie, il a dit, selon le protocole, l’hôpital de l’Autriche n’était pas en droit de résilier unilatéralement le présent contrat.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *