Mais ce serait méconnaître WeChat que de considérer que boy intérêt vient du fait qu’elle se serait qu’une plate-forme conversationnelle. Tout d’abord, ce n’est pas vraiment le cas, puisque une grande partie plusieurs comptes spéciaux utilisent plusieurs connects en partie graphiques (prenant diverses formes, souvent via webview). Ce qui fait l’intérêt de WeChat, c’est en revanche sa capacité à distribuer l’ensemble des informations personnelles de l’utilisateur aux fournisseurs de produits et services.

Si la Californie s’est trouvé cette nouvelle vague à surfer, c’est qu’elle regarde jalousement vers l’autre côté du Pacifique, et notamment du côté de WeChat. WeChat est à la base united nations service de messagerie chinois qui a réussi en quelques années à devenir le principal (sinon l’unique) point d’accès vers l’ensemble des services digitalisés : commander united nations taxi, consulter le solde de boy compte en banque, réserver une place de cinéma…

Tencent a développé de nouvelles fonctionnalités, sur le mode conversationnel, pour aider l’ensemble des titulaires de comptes spéciaux à interagir avec leurs clients/fans. La plate-forme fut ainsi dotée de capacité de « speech to text » [littéralement de parole au texte] permettant d’utiliser la voix pour communiquer. L’ensemble des services clients plusieurs entreprises se virent dotés d’outils capables d’identifier plusieurs mots-clés dans l’ensemble des messages de leurs clients, et purent ainsi y répondre de manière automatique ou peut-rrtre un l’ensemble des router vers l’ensemble des agents adéquats.

Lire aussi :   « L’intelligence artificielle : une révolution généreuse et positive dans l’évolution de l’individu »

Le modèle « un service/une application » est certainement en train de vivre ses derniers mois et on entrevoit united nations futur dans lequel une plate-forme (messagerie ou peut-rrtre un assistant, peu importe au final) permettrait aux utilisateurs d’accéder aux services de leur vie quotidienne de manière instantanée et naturelle.

Marcus est loin d’être le seul à croire en l’avènement en messagerie et de l’utilisation d’un mode conversationnel pour accéder aux services. Ted Livingston, le patron de Kik, united nations plusieurs leaders en messagerie sur le marché américain, a tout misé sur l’ensemble des « bots », ces robots automatisés qui simulent une conversation humaine capable d’effectuer toute une série d’actions sur une simple commande textuelle, écrite en langage naturel.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *