Le député et président du Conseil départemental des Landes souffrait depuis  plusieurs années de neuropathie. Il avait néanmoins toujours refusé de mettre un terme à son combat politique.

Revendiquant toujours son appartenance à l’aile gauche du PS, il soutenait Benoît Hamon, lors des dernières primaires de la gauche.

Diplômé de l’Institut politiques de Paris, Henri Emmanuelli a d’abord travaillé dans la banque. Après une première tentative dans le Lot-et-Garonne, en 1973, c’est dans les Landes qu’il ancre son parcours politique, en étant élu député de la troisième circonscription en 1978. Un an plus tard, il entre au comité directeur du Parti socialiste. En 1982, il devient le premier président du Conseil général des Landes.

dans l’affaire Urba, à 18 mois de prison avec sursis et à deux ans de privation de ses droits civiques. Une fois cette parenthèse refermée, il sera toujours, jusqu’à aujourd’hui, réélu à la tête du Département des Landes et à la fonction de député.

Avec son épouse Antonia, d’originie espagnole, Henri Emmanuelli a eu deux enfants : Laetitia et Antoine. Si sa vie politique l’amenait souvent à Paris, il n’avait jamais quitté sa maison de Laurède, petit village de Chalosse entre Dax et Mont-de-Marsan.

Henri Emmanuelli, député des Landes, est décédé lundi soir. Hospitalisé à Bayonne depuis vendredi suite à une double bronchite, l’homme politique né aux Eaux-Bonnes (Pyrénées-Atlantiques) le 31 mai 1945, était âgé de 71 ans.   

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *