le

le terrorisme est La première préoccupation des français, de prendre les devants pour la première fois depuis 2006, le taux de chômage, selon une étude annuelle publiée jeudi sur le ressenti face à l’insécurité.

C’est la onzième enquête annuelle dite de “victimisation” pour l’année 2016, publié par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) et l’Institut national de la statistique (Insee).

Cette enquête permet de mesurer l’évolution de la criminalité au-delà des seules statistiques administratives de la police et de la gendarmerie, en sondant les 16 000 français de 14 ans et plus, qui ne sont pas toujours plainte lorsqu’elles sont victimes.

“En 2017, un sur trois a cité le terrorisme et les attaques telles que la question de la plus grande préoccupation de la société française (32%)”, selon cette étude. Pour la première fois depuis 2006, la proportion de gens préoccupés par le terrorisme prend le relais de celle mesurée pour les chômeurs (23%)”, explique l’étude.

jusqu’à présent, les français sont signalés à être moins préoccupés par la criminalité (9% en 2017, contre seulement un peu moins de 14% en 2014).

une fois de plus, l’étude met en évidence le taux de plainte varie selon le type de faits. Si les dommages à la marchandise sont celles pour lesquelles le taux de plaintes sont les plus élevés (75%), la violence est suivie par une plainte en moins de 30% des cas. Ce taux tombe à moins de 15% quand il s’agit de violences sexuelles ou de violence dans le ménage ou dans le couple.

Parmi les indicateurs à la baisse, l’étude a noté que la baisse en 2016 cambriolages et tentatives de cambriolages, qui a débuté en 2015. L’étude est estimé à 470.000 le nombre de ménages victimes de 550.000 en 2014.

La violence physique à l’extérieur de la maison sont également une baisse significative en 2016 (610.000 victimes estimé à l’encontre de 770 000 en 2015).

Après avoir augmenté jusqu’en 2013 (372.000 victimes), le nombre de personnes qui ont subi un vol ou une tentative de vol avec violence, qui avait sensiblement diminué en 2014, continue de diminuer en 2016 avec de 186 000 victimes. Dans 40% des cas de vols et de violent, d’un téléphone mobile a été convoité par l’agresseur.

L’enquête met également en évidence la forte augmentation depuis 2010, les taux frauduleuse des comptes bancaires: un peu plus de 1,2 millions de ménages avec un compte en banque dit avoir subi.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *