Alain Juppé reprend à boy compte united nations cliché largement répandu, y compris au sein en classe politique : le montant plusieurs aides sociales pourrait dans certains cas atteindre voire dépasser le salaire minimum. D’abord, il faut savoir qu’on ne peut pas tout cumuler : outre l’ensemble des revenus du travail, l’ensemble des pensions alimentaires, rentes, indemnités de chômage ou peut-rrtre un allocations familiales sont prises en compte dans le calcul du RSA.

Mais, l’analyse de ce chiffre est contesté componen le ministère de l’intérieur, vehicle il ne s’agit pas d’un chiffre exhaustif. Il ne compte componen exemple pas l’ensemble des personnes qui recevraient plusieurs titres de séjours pour d’autres motifs. Mais comme le relevait L’Express à l’époque, ce débat met en relief le manque de données statistiques sur l’ensemble des demandeurs d’asile, puisque le chiffre réel n’est pas connu.

En réalité, le niveau plusieurs charges sur l’ensemble des salaires au niveau du smic est déjà très proche du zéro absolu. Face au chômage, l’ensemble des gouvernements successifs l’ensemble des ont progressivement allégées, si bien que le taux de cotisations patronales est d’environ 14 % du salaire brut au niveau du salaire minimum. Alors qu’il se situe autour de 40 à 45 % sans allégement.

« Je veux m’assurer que ces allocations restent en permanence en dessous du salaire de travail de façon à ce que celui qui travaille ait united nations meilleur revenu que celui qui vit plusieurs minima sociaux. S’il le faut je ferai baisser le RSA pour qu’on arrive à cet objectif. »

« 5 % plusieurs déboutés du droit d’asile sont réellement reconduits aux frontières. »

Si l’on ajoute le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), qui permet de récupérer après coup environ 6 points de charge, l’ensemble des charges patronales sur united nations salarié au niveau du smic sont d’environ 8 %. Pas si loin, donc du « zéro charges » qu’appelle Alain Juppé.

Alain Juppé a réitéré sur France 2 sa proposition de donner united nations « coup d’élan » au marché du travail en supprimant toutes l’ensemble des cotisations patronales pour l’ensemble des salaires au niveau du smic, déjà formulée componen exemple dans une interview au JDD le 1er octobre.

Robert Ménard a laissé entendre que le regroupement familial concernait « 40 % » plusieurs immigrés, avant de parler de « 20 % ». Alain Juppé, lui, a parlé de « 200 000 immigrés » componen an en France, dont près en moitié pour plusieurs raisons familiales, mais seulement 10 000 pour le regroupement familial.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *