Les traders travaillent sous des écrans affichant la signalisation de CVS Health Corp. sur le parquet de la Bourse de New York (NYSE) à New York, États-Unis, le vendredi 27 octobre 2017.

Photo: Michael Nagle / Bloomberg Nouvelles

Par

Tatyana Shumsky

Tatyana Shumsky
Le journal de Wall Street
la biographie Tatyana Shumsky
@MissShumsky

Tatyana.Shumsky@nouvelles-du-monde.com

7 décembre 2017 06h25 HE

0 COMMENTAIRES

Selon un récent rapport de Goldman Sachs Asset Management, les plans de retraite des entreprises de services publics sont trop investis dans les actions, mais il y a peu d’incitation au changement.
Les régimes de retraite du secteur ont une répartition moyenne des actions de 46%, comparativement à l’allocation d’actions de 35% pour les sociétés du S & P 500 avec des régimes de retraite à prestations directes. Les services publics ne gardent également que 40% des investissements de leurs régimes de retraite dans les actifs fixes, contre 44% pour leurs pairs du S & P 500, selon le rapport, qui a examiné les 47 services publics cotés en bourse qui font partie de l’indice.
“Prendre le genre de risque que ces gars prennent est complètement contre le type de chose qu’ils sont configurés pour faire”, a déclaré Timothy Jennings, directeur général de GSAM.
Les services publics sont des activités très capitalistiques en raison du besoin de projets à grande échelle tels que les nouvelles centrales électriques. Dans le même temps, ces sociétés prennent souvent une grande partie de leur capital et «jouent» en bourse, a déclaré M. Jennings.
Les services publics ont intérêt à charger leurs régimes de retraite avec des actions. Une anomalie dans la façon dont les services publics réglementés comptabilisent les régimes de retraite signifie qu’ils peuvent enregistrer leur rendement attendu sur les actions et utiliser ce chiffre pour réduire leurs coûts pour le processus d’établissement des taux, a déclaré M. Jennings.
Alors que le rendement des obligations est plus ou moins fixé, il y a plus de place pour estimer le rendement attendu des actions, ce qui incite les services publics à investir davantage dans la catégorie d’actifs plus risqués, a déclaré M. Jennings.
“Mais il n’y a aucune garantie que vous allez faire 8%”, a déclaré M. Jennings. “Il y a juste des risques et un rendement attendu de 8% est plus risqué qu’un rendement attendu de 6%.”
Les régimes de retraite de l’industrie des services publics étaient inférieurs de 81 milliards de dollars à leurs propres prévisions de rendement, et ils étaient sous-financés de 29 milliards de dollars à la fin de 2016.
Ils ont également sous-estimé la croissance du passif de 36 milliards de dollars – principalement en raison de la baisse des taux d’intérêt – et ont surestimé les rendements prévus des actifs de 25 milliards de dollars au cours de la même période.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *