le

alors que l’existence d’un système de gestion des tests anti-dopage des athlètes russes durant la JO de Sotchi 2014 a été montré, le Comité international olympique (CIO) a rendu son verdict le 5 décembre : l’équipe de la Russie ne participera pas aux Jeux d’hiver de 2018.

La décision d’empêcher la Russie de briller dans son domaine de prédilection qui est de la glace, est vécue comme une catastrophe dans un pays où le sport de performance est établie au niveau de la valeur nationale. le “de la fédération De sport, c’est un tremblement de terre de niveau 9”, écrit le quotidien populaire Moskovsky komsomolets. le sort des athlètes pour qui les jeux représentent l’aboutissement de toute une vie d’effort est particulièrement mentionné, des experts et des observateurs, de discuter le bien-fondé ou non de leur participation au concours.

en effet, après la décision de la CIO, seulement à certains “nettoyer” les athlètes seront en mesure de prendre part à la compétition individuellement et sous la bannière de neutre. Il sera à chaque fédération sportive de décider.

Comme écrit dans le quotidien Kommersant, “l’intrigue réside dans le fait de savoir que les athlètes vont à Pyeongchang et, plus important encore, si les autorités russes vont accepter cette alternative que d’abandonner tout symboles nationaux (drapeau, hymne)”.

Plusieurs hauts responsables du sport russe sont sanctionnés par le CIO : l’ancien ministre des Sports et actuel vice-Premier ministre, Vitali Moutko, est une interdiction à vie sur “la participation dans l’organisation de toutes les futures JO”. le président du Comité olympique russe, Alexander Zhukov, est temporairement dépouillé de son statut de membre de la CIO. Enfin, la Russie a donné une amende de 15 millions de dollars, à titre de remboursement de frais d’enquête CIO.

Un épisode de la guerre froide

la dimension politique de La torche de coupe de la CIO domine les commentaires. RBK, le quotidien économique de l’opposition, c’est le moins émotionnel de la mesure de la “la Neutralisation de la fédération de russie”. Le quotidien en ligne Gazeta.ru, mais pas spécialement “patriotique” vous permet d’apporter :

Dans la décision de la CIO, chaque détail est important, parce que les historiens de demain, si on se reportera à l’étude de cette nouvelle phase de la “guerre froide” mondial. Nous pouvons déjà affirmer que les jeux Olympiques ont cessé de remplir la fonction historique dont le nom baron Pierre de Coubertain avait réssucitées. “Oh, le sport, vous êtes à la paix”, telle était la devise du mouvement olympique. “Oh, le sport, vous êtes la guerre”, tel qu’il est devenu.”

Le quotidien national, le journal Izvestia très patriotique pour sa part, que dans une, “Sans la Russie, il est sans fin”. Il donne la parole à Renat Laïchev, directeur du Centre de formation des sportifs de Sambo-70, qui mène le double champion du monde de patinage artistique Evguénia Medvedeva, une figure de proue de l’équipe russe : “Tout ce que l’agressivité est incompréhensible pour nous, c’est de la politique, et la politique, vraiment moche. De toute façon, notre pays a toujours été et sera toujours un élément trop important pour le mouvement olympique, qui ne saurait aller sans nous.”

“Une attaque à grande échelle”

Du côté des officiels, Maria Zakharova, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a déclaré sans délai : “C’est une attaque à grande échelle. Cela vient du fait que toutes les tentatives d’isoler la Russie ont échoué. C’est une tentative d’expulser la Russie de la de sport dans le monde.”

alors que tout le monde attend la position du Kremlin, le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a informé le 6 décembre que le président ne serait pas exprimer avant le “une fois que l’analyse de la situation”. L’occupant du Kremlin, cependant, a fait une annonce, ce mercredi, et pas des moindres : il sera bon pour un quatrième mandat lors des élections de mars 2018. Il a déclaré lors d’une réunion avec les travailleurs, ce qui a été diffusée en direct à la télévision.

les internautes russes, en revanche, n’a pas besoin de temps de la réflexion pour le lancement d’un nouveau hashtag sur les réseaux sociaux : #NoRussiaNoGames, la tête sur Twitter est le russe, et relayé notamment par Gérard Depardieu.

Laurence Habay

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *