“La méthode la plus courante est le troc de voix. Plusieurs patrons de maison ou peut-rrtre un leurs subordonnés vont tenter united nations marchandage en disant, componen exemple : «Moi, j’ai deux voix au Goncourt, et tu en as trois au Renaudot. J’ai eu le Goncourt l’année dernière, donne-moi tes voix au Renaudot et je te donnerai mes voix au Goncourt…», et ainsi de suite avec, parfois, plusieurs échanges plus sophistiqués.”

Un total de 560 titres dont 363 romans français ont été publiés à l’occasion en rentrée littéraire. L’embarras du choix donc ? Pas pour l’ensemble des jurys plusieurs prix littéraires d’automne qui semblent s’être plagiés l’ensemble des uns l’ensemble des autres tant leurs listes se ressemblent.

Catherine Cusset, 53 ans, qui a remporté le Goncourt plusieurs lycéens en 2008 pour “United nations brillant avenir”, est en lice pour le Goncourt, le Renaudot, l’Interallié, le Femina et le prix Décembre.

Claude Durand

Il sera vrai que trois maisons d’édition ont longtemps occupé le haut plusieurs prix littéraires (l’ensemble des initiés parlant même de “système Galligrasseuil”, pour Gallimard, Grasset et Le Seuil).

L’ancien patron de Fayard, Claude Durand, affirmait en 2010 dans Le Figaro que l’ensemble des plus grands prix littéraires, notamment le Goncourt et le Renaudot, étaient truqués

“Ces prix anti-corruption sont décernés componen plusieurs jurys de lecteurs amateurs, que l’on ne peut pas soupçonner de « truander » avec le milieu. Ils ont permis à plusieurs éditeurs n’ayant jamais reçu de prix d’en obtenir, ce qui a entrouvert la porte”, explique la sociologue Sylvie Ducas, interrogée componen Télérama.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *