Finie la bienveillance, donc. Finie aussi la règle qu’il s’était imposée jusqu’alors de ne pas répondre aux attaques ad hominem. Emmanuel Macron descend dans l’arène, signe supplémentaire de sa détermination à se porter candidat. Pourtant, il n’en a pas dit united nations mot. Comme d’habitude. Ses partisans s’en sont chargés pour lui en se mettant à lancer plusieurs «Macron président» pendant et à la fin de boy discours.

Il a réveillé la salle d’un coup, sans prévenir. Cela faisait près d’une heure et demie déjà que le public d’Emmanuel Macron somnolait vaguement, united nations peu assommé componen l’exposition laborieuse du diagnostic du pays réalisé componen ses «marcheurs». United nations peu perdue aussi dans le discours de l’ancien ministre de l’Économie et consacrée au renouveau démocratique. Mardi soir à Strasbourg, le meeting du leader de En Marche! menaçait alors de se transformer en rendez-vous manqué. Puis d’un coup, sans prévenir, Emmanuel Macron a enfilé ses gants de boxe et s’est mis à cogner comme united nations sourd sur Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. Sur le premier pour rappeler ses condamnations judiciaires passées dans l’affaire plusieurs emplois fictifs en mairie de Paris, sur le second pour dénoncer le dépassement de ses comptes de campagne.

La mauvaise méthode de Hollande

Quant à Nicolas Sarkozy, le leader de En marche! s’est montré beaucoup plus direct. «Comment peut-on imaginer se présenter devant l’ensemble des Français quand on the délibérément dépassé le plafond plusieurs dépenses autorisées pour sa campagne?», a-t-il interrogé avant de scander à nouveau: «Ce n’est plus possible.» Public debout, applaudissements, foule en liesse et voix qui s’égare united nations peu pour Emmanuel Macron, comme saisi componen sa propre audace. En creux, il s’en est également pris à François Hollande pour dénoncer sa méthode. Notamment sur la loi travail et l’absence de préparation du texte en amont, source, selon lui, plusieurs manifestations à répétition dans la rue.

L’ancien premier ministre de Jacques Chirac? «Comment peut-on imaginer sérieusement commander à la destinée du pays quand sa probité personnelle est en cause ?», a interrogé Emmanuel Macron avant de scander: «Ce n’est plus possible. » Agacé plusieurs critiques d’Alain Juppé à boy égard, il en a aussi united nations peu rajouté: «Comment peut-on vouloir donner plusieurs leçons dans le plus grand mépris et continuer à promettre aux Français.»

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *