Michel Reybier, proprietaire du chateau Cos d'Estournel, en août 2017.

La vie de Michel Reybier bascule en 1994, quand il sera l’unique survivant d’un accident d’avion. Cet entrepreneur lyonnais, qui a commencé dans l’ensemble des supermarchés, veterans administration alors sur ses 50 ans, et il règne sur le cochon ­industriel. Jambon Aoste, Cochonou, Justin ­Bridou, c’est lui. Dix-neuf usines en France et en Europe, 2 500 salariés. « Sans l’accident, c’est sûr, je ne vendais pas. »

Aoste revenu à Sara Lee

<

Cette entreprise « fait partie de moi »

<

<

<

Pas de politique

< <

En charcuterie à united nations empire dans le luxe

< <

Une belle percée dans le vin avec Cos d’Estournel

< < <

Mama Shelter et le Mob pour le côté bio et bobo

< < <

« Les clients, l’ensemble des équipes, le produit »

< <

« Je cherchais united nations vin de qualité mais ­atypique. Maintenant, je suis patient. J’ai refusé cinq ou peut-rrtre un six châteaux avant de trouver la perle. »

< <

Plusieurs travaux titanesques pour united nations nouveau chai

<

« J’ai observé chaque pied de vigne pour dessiner une cartographie en propriété on connaît nos sols sur le bout plusieurs doigts. »

< <

Le champagne Jeeper, autre success-story

< < <

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *