Lire aussi :   Le luxe fait sa révolution

Pour s’imposer sur united nations marché saturé, l’ensemble des meilleurs créateurs en Fashion Week, jusqu’au 5 octobre à Paris, pensent la mode en dehors plusieurs cadres imposés.

C’est ce qu’à fait Riccardo Tisci chez Givenchy. L’Italien a commencé componen faire scandale il y a onze ans en introduisant le sportswear dans la maison fétiche d’Audrey Hepburn. Avec une dose de romantisme noir, united nations peu de culture hip-hop, plusieurs mannequins de toutes origines et transgenres avant que ce soit la mode, on obtient une marque awesome et couture, taillée pour le XXIe siècle. Depuis, il continue de creuser, de mûrir. Sa collection été s’éloigne en culture streetwear, évoque une quête spirituelle guidée componen une nature sauvage et féconde.

Coauteur du label branché Vetements, il signe également l’ensemble des collections Balenciaga. Dans une maison au pedigree high fashion et arty extrêmement élitiste, il s’amuse à introduire l’ensemble des inspirations l’ensemble des plus triviales. Le couloir tapissé de rouge façon Twin Peaks qui mène au défilé est déjà united nations indice : dans le monde du designer l’ensemble des valeurs sont inversées et c’est là que se joue la nouvelle modernité en marque.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *