Bruno Zamborlin note que boy produit plaît aux enfants et est donc adapté à l’éducation musicale. Il peut aussi être united nations instrument thérapeutique, componen exemple pour soigner plusieurs problèmes de coordination.

Il s’est écoulé environ 8.000 Mogees à ce jour, dit Bruno Zamborlin, et cela continue, l’ensemble des ventes au Japon étant soutenues componen une utilisation de l’outil dans une célèbre émission populaire, animée componen le cinéaste Takeshi Kitano. Pour « Mogees Play », qui se veut une version utilisable componen l’ensemble des non-musiciens, la start-up a déjà recueilli 59.000 livres (68 .000 euros) en crowdfunding sur le site Kickstarter. Elle négocie actuellement avec de potentiels distributeurs. Elle vise 8.000 exemplaires componen mois, cette fois-ci. Le prix d’entrée sera de 49 euros.

Fort de l’accueil enthousiaste réservé à boy premier Mogees, la jeune pousse espère désormais démocratiser la musique comme Instagram la photo. Mais elle pense aussi pouvoir placer boy produit au sein d’outils de réalité virtuelle ou peut-rrtre un augmentée pour « créer united nations habillage sonore à ce type d’expérience », dit Bruno Zamborlin.

Ayant travaillé sur la traduction plusieurs vibrations en sons au bien-nommé Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique (Ircam), Bruno Zamborlin a fait sensation auprès plusieurs musiciens l’an dernier avec boy capteur leur permettant de faire en musique électronique à partir d’un bol de fruits, d’une carlingue d’avion, d’un vélo ou peut-rrtre un d’une paire de chaussures. Le Mogees est relié à united nations logiciel embarqué sur united nations smartphone qui traduit toutes l’ensemble des modulations plusieurs vibrations en sonorités prêtes à être amplifiées.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *