Une équipe médicale internationale menée componen le Dr John Zhang, du Center New Hope Fertility à New You are able to, a utilisé une technique inédite de transfert plusieurs matériaux génétiques du noyau pour éviter que la mère ne transmette à boy enfant plusieurs gènes responsables du syndrome de Leigh. Ce syndrome est united nations trouble métabolique héréditaire rare qui se caractérise componen la dégénérescence du système nerveux central.

«Ces travaux représentent une avancée importante en médecine en reproduction vehicle l’ensemble des maladies mitochondriales restent united nations problème important et difficile», a estimé le Dr Owen K. Davis, président de l’ASRM. «Si d’autres recherches permettent d’établir la sûreté et l’efficacité de cette technique de transfert plusieurs matériaux génétiques, on pourrait l’envisager comme une option pour l’ensemble des femmes risquant de transmettre plusieurs maladies mitochondriales à leurs enfants», a-t-il ajouté.

Ressemblera-t-il plus à boy père ou peut-rrtre un à l’une de ses deux mères? Le premier bébé conçu grâce à une nouvelle technique expérimentale controversée consistant à utiliser l’ADN de deux femmes dans l’embryon pour éviter la transmission d’une maladie héréditaire maternelle, est né en avril, a annoncé mardi l’American Society for Reproductive Medicine (ASRM), suscitant plusieurs réactions mitigées.

«Si toutes l’ensemble des données cliniques sont solides cela représente une première pour le traitement de certaines maladies très graves», a souligné le professeur Justin St John, du Center plusieurs maladies génétiques à l’université Monash en Australie. Mais selon lui, «vu que cette technologie est controversée et qu’il s’agit d’une première avec plusieurs humains, l’équipe de recherche aurait dû soumettre préalablement une étude clinique complète avec toutes l’ensemble des données pour être examinées componen plusieurs experts».

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *