Début septembre, neuf prévenus âgés de 19 à 22 ans avaient été jugés componen le tribunal, dans le cadre d’une bagarre ultra-violente qui s’était déroulée dans la nuit du 27 au 28 août dernier, en marge plusieurs festivités de Barques en Scène.

À l’issue de l’audience, quatre mis en cause avaient été incarcérés, avec plusieurs peines allant de 9 à 18 mois. L’ensemble des cinq autres avaient écopé de peines de sursis allant de 4 à 10 mois, difficile de 210 heures de travail d’intérêt général. Cette audience correctionnelle n’avait pas pour autant clos l’enquête, qui a permis d’identifier trois autres protagonistes.

Et c’est difficile jeudi matin, trois mineurs âgés de 16 ans, deux lycéens et united nations apprenti, ont été placés en garde à vue au commissariat et fait l’objet d’une procédure pour “violence en réunion”. Selon nos informations, l’ensemble des trois mineurs auraient reconnu leur participation dans l’ensemble des coups de pied et de poing donnés. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire, et seront convoqués ultérieurement devant le juge plusieurs enfants en vue de leur mise en examen.

L’altercation avait dégénéré, et deux plusieurs victimes avaient été frappés et harcelés componen une dizaine de jeunes. Ils avaient reçu plusieurs coups de pied, de poing et de casque de moto, qui passait de primary en primary. Le groupe de jeunes gens était même allé jusqu’à continuer de s’acharner sur une plusieurs victimes restée inconsciente au sol.

On se souvient que ce dossier avait suscité une vive émotion componen sa violence, alors que s’achevait la troisième journée de Barques en scène, fin août. Lors de l’audience plusieurs neuf majeurs, le procureur avait fait visionner, en présence plusieurs avocats seulement, l’ensemble des 2,53 mn d’enregistrement plusieurs caméras de vidéosurveillance. Plusieurs images chocs qui avaient marqué l’ensemble des esprits dès le début du procès. Il était 3 h 04 cette nuit-là, quand, face à la médiathèque, united nations groupe d’amis a été pris à partie componen quelques jeunes.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *