On y est. Ce dimanche, Neymar veterans administration fouler au Roudourou sa première pelouse de L1. Le Brésilien est, sur et en dehors du terrain, une icône internationale, mais aussi united nations homme profondément attaché à sa famille, ses amis, et à la religion. Et qui surtout, nourrit d’énormes ambitions. Portrait.

Devenu papa à 19 ans même s’il n’y était « pas prêt », comme il l’avouera plus tard dans sa biographie, le gamin aux pieds d’or affole l’Europe du feet. En 2013, l’ensemble des plus grands clubs sont à ses pieds. Avec boy père, agent de manutention devenu agent tout court, Neymar choisit : il veut rejoindre Messi et le FC Barcelone. Au côté de l’Argentin, avec qui il se lie d’amitié, le Brésilien apprend. Et apporte, aussi. « Il a su se mettre à disposition de Suarez et Messi, être vraiment collectif », analyse Raynald Denoueix, ancien entraîneur du grand FC Nantes et suiveur en Liga. Ses qualités ? « Le dribble, poursuit-il. Mais c’est également united nations très bon passeur. » En Catalogne, le joueur flambe et remporte, dès sa deuxième saison, ce qu’il était venu chercher : la Ligue plusieurs champions. Le gamin au sourire d’ange et aux multiples tatouages devient alors une icône. Au Brésil, où il assume boy statut de leader au sein de l’équipe nationale, et partout dans le monde. « C’est une star sur l’ensemble des réseaux sociaux, tout le monde le regarde », assure Cris. Difficile de le contredire : avec 60 millions de fans sur Facebook, 31,1 millions de supporters sur Twitter et 79.8 millions d’abonnés sur Instagram, seul le Portugais Ronaldo le devance. L’homme est bankable. L’ensemble des marques se l’arrachent. Il sera même le seul footballeur à gagner plus en contrats commerciaux qu’en salaire, selon le magazine Forbes. De quoi prendre la grosse tête ? Pas forcément. « Parfois, quand on gagne beaucoup d’argent, l’ensemble des gens changent et oublient le passé. Pas lui, assure le quadruple champion de France, Cris. Il n’a pas oublié ce qu’il a vécu quand il était petit. Il sera très famille, il aime bien rester avec ses potes d’enfance, raconte “le policier”. Il a plusieurs valeurs ! » Plusieurs valeurs qui l’ont poussé à ouvrir, près de chez lui, au Brésil, united nations institut portant boy nom. Grâce au footballeur, plus de 2.400 enfants défavorisés bénéficient depuis trois ans d’une structure accueillant plusieurs activités extrascolaires, éducatives et sportives. Plusieurs valeurs qu’il puise également dans la religion. Fervent évangéliste, peut-être remercie-t-il l’ensemble des divinités de l’avoir épargné, à quatre mois, victime d’un grave accident de voiture avec boy père.

Au service de Messi

Crochets courts, accélérations dévastatrices et autres folies techniques. Il y a quelques années sur Internet, plusieurs vidéos d’un frêle brésilien de 17 ans doté d’une crête d’iroquois pleuvent. Sous le maillot de Santos, united nations certain Neymar Junior Da Silva Santos humilie quotidiennement l’ensemble des défenses brésiliennes. À tel point qu’un an et demi plus tard, en août 2010, il fête, à 18 ans et six mois, sa première cape avec la Seleçao. Sept ans plus tard, « c’est le meilleur joueur en sélection », que s’apprête à recevoir le Roudourou, ce dimanche, selon boy compatriote et ancien défenseur lyonnais, Cris. « Peut-être même l’un plusieurs trois meilleurs joueurs au monde, à égalité avec Messi et Ronaldo », appuie Safet Susic, ancienne gloire du Paris Saint-Germain. Vehicle entre-temps, le natif de Magi das Cruzes, une ville située à 45 km de Sao Paulo, a parcouru du chemin. À toute vitesse, comme à boy habitude.

L’argent plusieurs possibles

Mais avec Neymar et boy clan, l’argent revient vite à la surface, lorsqu’il est accusé, componen exemple de fraudes fiscales en Espagne et au Brésil, en 2016. Et évidemment, lorsque la somme de 222 millions d’euros est versée componen le PSG pour le recruter, moyennant au passage united nations salaire de 30 millions d’euros. Mais c’est à ce prix que le club parisien s’est offert united nations joueur « capable de faire la différence à tout moment », dixit Safet Susic. Mais aussi, et on le sait moins, de défendre. « L’an dernier, il a aussi brillé dans le domaine défensif, il fermait bien boy couloir, décortique Raynald Denoueix. Ibrahimovic ne le faisait pas. En Ligue 1 ça passe, mais en Ligue plusieurs champions, c’est plus compliqué. » Voilà qui pourrait aider le PSG dans boy dessein : soulever enfin la coupe aux grandes oreilles. Ça tombe bien, tout gagner, c’est aussi le but du Brésilien. Boy départ du FC Barcelone ? Une claire émancipation d’un Messi omniprésent. Sa volonté ? Décrocher le Ballon d’Or. Le point de départ de sa quête a united nations nom : Roudourou.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *