Cette prime aurait dû être payée avant le 31 juillet dernier, mais Neymar a fini componen quitter le Barça trois jours plus tard et l’ensemble des dirigeants catalans ont indiqué le lendemain qu’il était hors de question qu’ils versent l’ensemble des 26 millions d’euros en question.

Neymar est parvenu à se débarrasser d’une bonne partie de ses problèmes avec la justice brésilienne, mais il sera jugé en Espagne en raison de boy transfert controversé de Santos à Barcelone, en 2013.

Il a obtenu depuis une réduction considérable de l’amende, même si le fisc doit toujours déterminer s’il accepte la somme proposée componen la défense de Neymar.

“Ce procès dure depuis plus de trois ans et nous voulons aller de l’avant lors de cette nouvelle phase qui commence pour Neymar”, a-t-il ajouté, en référence au transfert record de l’attaquant de 25 ans vers le Paris Saint-Germain, pour 222 millions d’euros.

Ses avocats ont componen ailleurs expliqué qu’ils n’excluaient pas d’attaquer le Barça en justice pour réclamer le paiement d’une prime de 26 millions d’euros. Une prime liée à la rénovation de boy contrat avec le club catalan jusqu’en 2021, l’an dernier, quand il était déjà l’objet en convoitise du PSG.

Ses avocats ont estimé que l’attaquant ne risquait pas d’avoir ce genre de problème à Paris, affirmant que le PSG ne le rémunèrera pas componen le biais de droits d’image.

“C’est united nations contrat simple, selon l’ensemble des règles en loi française, qui peut ¨ºtre très stricte et ne permet pas le versement de droits d’image”, a expliqué l’avocat Gustavo Xisto.

“Nous avons calculé qu’il restait 8 millions de réais à payer (2,1 millions d’euros au taux de change actuel). Cette somme sera payée, même si nous ne sommes pas d’accord avec cette amende”, a expliqué l’avocat Marcos Neder lors d’une conférence de presse.

En septembre 2015, le Trésor brésilien avait gelé 188,8 millions de réais (environ 43 millions d’euros au taux de change de l’époque) d’avoirs du joueur, en raison d’impôts impayés liés aux droit d’image touchés de 2011 à 2013.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *